S'il te plaît, apprivoise-moi…

tumblr_m6ha6oyakx1r15uhwo1_500


2441829


Arbrealettres


Ana Cruz _Under the waves

Marine

Les poissons ont de si jolies têtes
qu’on est obligé de les déplacer fréquemment
à cause des ravages qu’ils font dans le cœur des méduses
Les cœurs des méduses ravagés vont s’échouer dans les ports
sous forme de pétroliers ou de charbonniers
Les méduses elles-mêmes ne sont jamais repêchées
un nouveau cœur leur pousse bien plus grand que le premier
bien plus beau et bien plus vert et bien plus dur
car les méduses ne veulent plus aimer les poissons aux nageoires coupantes et
aux ouïes blanches
elles ne veulent plus aimer que le centre de gravité de chaque chose
dans le ciel et sur la terre
Les requins eux ne s’ennuient pas
avec de la toile à matelas
ils fabriquent de jolis draps
pour les noyés astucieux
qui sont accourus vers eux
en mâchant de la verveine
pour se parfumer les veines
non les requins ne s’ennuient pas

View original post 18 mots de plus

Le ciel de Leyenda

radeau_meduse
Le 8 janvier 1865, mourait à Lachelle, près d’Estrées-Saint- Denis, un vieillard de 86 ans, Benoît-Pierre-Gabriel Corréard, glorieux survivant des guerres de la Révolution, ancien maire de la commune.
*
Benoît Corréard était né à Serres, dans les Hautes-Alpes, le 6 février 1779. A la Révolution, il s’engagea comme volontaire au bataillon des Hautes-Alpes. Il combattit vaillamment et, en 1793, il était au siège de Toulon aux côtés de Bonaparte. Plus tard, il vint se fixer dans l’Oise, à Lachelle, et fut nommé maire de cette commune. Sous la Restauration et la monarchie de Juillet, Corréard fut un ardent défenseur des idées libérales et demeura fidèle à ses convictions jusqu’à sa mort.
*
Il avait eu deux frères. L’un, Joseph Corréard, né en 1792, fut un écrivain militaire réputé. Il publia à partir de 1840, un grand nombre d’ouvrages militaires qui furent fort appréciés, notamment un guide militaire et stratégique…

View original post 520 mots de plus

Drink The Elixir

809b4caf278d29caf904fb29a392fe73

Arbrealettres


Tant pour le plaisir
Que la poésie
Je croyais choisir
Et j’étais choisi

Je me croyais libre
Sur un fil d’acier
Quand tout équilibre
Vient du balancier

Au bout de mon âge
Qu’aurai-je trouvé
Vivre est un village
Où j’ai mal rêvé

(Aragon)


Illustration: Alain Chayer

View original post

Nuage de Tags