S'il te plaît, apprivoise-moi…

chubby16-l-jpg

diy-calendrier-de-l-avent-2013-10299728

Qui est capable de ne pas succomber à la tentation? Quel enfant de 9 ans saurait patienter 24 jours devant son calendrier de l’Avent? Est-il humain de soumettre un enfant gourmand au plaisir sadique de ne lui permettre d’ouvrir une seule fenêtre par jour pour retirer un pauvre chocolat? Faut-il être de la race en voie de disparition des Enfants sages, des robots ou des diabétiques ayant perdu le sens du goût pour combattre l’appétence naturelle pour le chocolat et les sucreries ?

Cet être-là, cela n’était assurément pas le cas du sieur Jérôme qui compensait déjà une légère tendance à l’embonpoint en s’empiffrant de gâteaux et de chocolats. Alors, quand il reçut solennellement, avec toutes les recommandations d’usage invitant à la modération stomacale, vous pensez bien que ce jeune homme en fit fi allègrement. En moins d’une demi-heure, ce Gargantua en herbe avait fracturé les 24 fenêtres du calendrier et englouti leur contenu. Sans le moindre regret ou remords. Parce qu’il était naturel d’obéir à son instinct sucré. Et toc!

Son rêve? Tenir le rôle de Charlie dans Charlie et la chocolaterie de ce bon vieux Roal Dahl…. Et de kidnapper, pour l enfermer dans sa chambre, Willy Wonka, le plus important, le plus créatif et le plus inventif raffineur de chocolat au monde… En attendant, le dénommé Jérôme était barbouillé de chocolat comme jamais et les doigts pris dans le pot de Nutella. Afin de masquer son forfait, il passa par la case salle de bains. Il laissa ses empreintes un peu partout à l’insu de son plein gré. Pas toujours simple d’être goinfre…


images-12

Ne s’improvise pas non plus chapardeur qui veut…. Une fois débarbouillé tant bien que mal, il s’agissait pour Jérôme de dissimuler son forfait  sur le calendrier de l’Avent. Pas question que ses parents découvrent la supercherie et ne le prive de la venue du Père Noël, de ses rennes et de ses lutins ainsi que de la kyrielle de cadeaux qui allaient avec. Il avait pondu une liste conséquente de joujoux et autres spécialités gastronomiques qui le faisaient saliver rien qu’en y pensant…

Il garnit donc chaque fenêtre en carton de bonbons, Dragibus et autres fraises Tagaga qu’il avait miraculeusement en réserve puis recolla les ouvertures avec un soin à peu près acceptable, en tout cas passable et cela le rendit fier. L’honneur était sauf. L’honneur, peut-être. Mais le démon gourmand ne tarda pas à se réveiller dans les entrailles de Jérôme. Un petit coin de son cerveau s’illumina d’une lumière envieuse: il se rappela tout à coup que ses parents avaient acheté le samedi précédent dans l’hypermarché local, plusieurs calendriers de l’Avent, notamment deux autres destinés à ses cousin(e)s jume(les) aux, Léonard et Léonarda, divins enfants terribles de son excellent oncle Maître Renard.

badges-pour-calendrier-de-l-avent-rouge-vert Il les aimait bien ses cousins. A sa façon. Une façon assez frappante avec volées et peignées à qui mieux mieux. Ils avaient deux ans de moins que lui mais ils étaient deux et si lui-même était plus grand et plus costaud que son âge, il n’en fallait pas moins pour prendre le dessus. La plus dangereuse, c’était elle, Léonarda, qui non seulement mordait, pinçait, griffait contre toutes les lois de la bagarre mais qui surtout criait, pleurait, gémissait avant même d’avoir pris le moindre coup! Au point que Léonard et Jérôme faisaient parfois alliance, l’un pour bâillonner, l’autre pour torturer la victime désignée à force de chatouilles….

Il ne fut pas très difficile à Jérôme de mettre la mains sur les deux calendriers de l’Avent destinés à ses cousins: les parents avaient beaucoup insister pour répéter à Jérôme qu’ils étaient intouchables et qu’on les donnerait aux intéressés si peu intéressants le soir, répondant en cela à une invitation dominicale. Un cas de conscience se présenta à notre Jérôme. Un cas de lèse gourmandise. En premier lieu, il décolla les premières vignettes du mois puisqu’on était le 4 décembre et que donc la date de péremption était comme dépassée. Il recolla les petite cases, avec une habileté croissante. Il  en profita pour avaler huit bouchées chocolatées supplémentaires, avec une dextérité d’autant plus grande qu’il n’y n’avait même pas d’emballage brillant à défaire. 

Tant qu’à faire, les cases 26 à 31 n’avaient aucune raison de compter. Re-collage. Et 12 nouveaux chocolats passés directement du consommateur au consommateur! C’était bien dommage, mais logiquement, il ne pouvait en faire plus. Logiquement. En toute illogique donc , et en moins de temps que mon cher lecteur mettra pour achever cette phrase, il dépouilla toutes les fenêtres du premier calendrier et s’enfila les bonbons chocolatés comme des perles. Il mit davantage de temps pour récupérer le nécessaire dans une de ses réserves de Dragibus et de fraises Flagada Tsoin-tsoin, sans compter quelques oeufs et quelques crocodiles puis de les substituer aux disparus. Collage en sus. 


chocolats-vialactolerance-fr

Tout autre que Jérôme en serait resté là avec près d’une quarantaine de bouchées chocolatées passées directement de vie à trépas et de gosier à estomac. En toute logique, la crise de foie était assurée. L’indigestion et la saturation jusqu’au vomissement ne faisaient plus de doute. Logiquement. En moins de temps qu’il n’en faudra au pauvre conteur pour terminer sa phrase, Jérôme s’attaqua au second calendrier avec une dextérité et une célérité égales à celles dont il avait fait preuve précédemment. Total et résultat: plus de soixante chocolats portés disparus corps et bien et que Jérôme remplaça par des ersatz toujours assez bons pour ses deux pestes de cousins.

Sur ce, il masqua son forfait avec plus d’application et de bonne volonté que d’efficacité. Il remit le tout à sa place et le tour était joué. Ni vu ni connu. Pas vu pas pris. cause toujours… Bien sûr la morale de l’histoire voudrait que le petit grand Jérôme finisse plié en deux à vomir dans l’évier de la salle de bains ou au-dessus de la lunette des toilettes. Que nenni! Décidément, il n’y a plus de morale mes amis dans les nouveaux contes traditionnels. Son estomac n’avait d’égal que celui des autruches. Il était tellement habitué à se gaver de sucreries, qu’il était en sorte mithridatisé.

Pour ceux qui ont la flemme  d’aller ouvrir un dictionnaire que ,ce verbe « mithridatiser » vient de ce roi grec Mithridate VI dit le Grand  qui avait peur d’être empoisonné par un entourage dont il se méfiait à juste titre. Il prenait chaque jour lui-même un peu de poison et un peu davantage au fur et à mesure pour être immunisé. Or, manque de chance, vaincu par Lucullus puis par Pompée Mithridate s’enfuit alors dans le royaume du Bosphore où régnait Macharès, un de ses fils. Mais  ses soldats  se révoltèrent et proclamèrent roi Pharnace, son fils. Alors Mithridate, voyant qu’il fallait mourir, essaya de s’empoisonner; mais, n’ayant pu y parvenir, parce que le poison n’avait plus d’action sur lui, il se fit tuer par un soldat gaulois.  Ballot, no? La mithridatisation consiste donc à ingérer des doses croissantes d’un produit toxique afin d’acquérir une insensibilité ou une résistance vis-à-vis de celui-ci. C’est le principe même de la vaccination. Vous auriez eu aussi vite fait d’aller consulter votre petit Larousse illustré, non?  Et la mithridisation au chocolat, ça le fait?


bonbon-et-chocolat-300x200
Le gars Jérôme s’était lui-même auto-vacciné à sa manière en passant chaque jour au supermarché pour avaler sur place une ou deux tablettes de chocolat. Voire trois ou quatre. On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Il avait repéré où se trouvaient les caméras de sécurité et allait prendre son gouter là où il n’y en avait pas, avec une prédilection pour le rayon télé-hi-fi-vidéo. Cela lui procurait l’avantage supplémentaire de regarder quelques dessins animés avant de jeter les emballages du côté des fruits et légumes ou de la poissonnerie. On est doué ou on ne l’est pas…

Même quand on croit l’être, on ne l’est pas toujours. Le dimanche soir, la belle ruse de Jérôme ne trompa que lui-même. Ses cousins dénoncèrent la supercherie sans ambages et surtout avec un malin plaisir. Ses parents et son oncle lui tombèrent dessus à bras raccourcis. Jérôme avoua piteusement , comptant sur la mansuétude de celui qui plaide coupable et de la période de pré-fête. Ce fut surtout sa fête. Punition humiliante: se déguiser en renne puis en pingouin pour le réveillon et pour le repas de Noël, assurer le service, faire la vaisselle ainsi déguisé. Sans compter qu’il devait participer à faire des bûches au chocolat avec sa mère pour les desserts des deux repas. C’est à cette occasion que se décida sa vocation de pâtissier-chocolatier-confiseur…

img_2390

Arbrealettres


Puisque tu m’aimes
autant que je t’aime
je suis partout où tu es
sans te quitter jamais.
Je suis dans ton lit,
je suis à ta table,
je suis partout, sans répit,
impalpable,
mais présente,

vivante!
Même en toi je suis toute.
Ecoute…

Ecoute battre ton cœur:
c’est mon cœur!
Je suis ton silence,
je suis ta gourmandise.
Est-ce à moi que tu penses?
Le rêve se matérialise:
je suis ce qui t’entoure,
je suis ce vin qui te grise
et que tu savoures!

En mer je suis la brise:
offre-lui ton visage…
As-tu senti sa caresse?
As-tu compris son langage?…

Je suis ta jeunesse,
je suis ton sourire,
je suis l’air que tu respires!
Vois cette étoile au firmament.

Tu m’aimes vraiment?
Je suis cette étoile…
Je suis le vent dans la voile,
je suis ta poésie,
je suis ta vie!

Je suis toi-même,
puisque tu m’aimes…

(Danielou Rejenski)

View original post

Le ciel de Leyenda

aztèques

Lorsque les Espagnols firent la conquête du Mexique, ils furent étonnés de voir un peuple puissant et d’une civilisation avancée préférer aux aliments les plus succulents la graine d’un arbre qui n’avait aucun rapport avec les grains et les fruits d’Europe, et d’en faire presque sa seule nourriture. C’était le fruit du cacaoyer que, dans leur enthousiasme, Linné et les naturalistes devaient nommer theobroma, nourriture des dieux, mais auquel, malgré les prétentions savantes, on a toujours conservé le nom de cacao qu’il portait chez les Aztèques.

Les Mexicains des hautes classes le consommaient pur, aromatisé de différentes manières et sucré avec du miel. Les grands et les guerriers avaient seuls le droit de se nourrir de certaines espèces — comme du plus restaurant des aliments, du plus capable de réparer les forces épuisées ou d’exciter la vigueur –, d’y joindre le Chillé, de le colorer avec du rucou (suc astringent de couleur aurore obtenu…

View original post 261 mots de plus

ef75dc874044def120f3739033e28efa


visu_1413192404

Lettre au ministre de la Défense
Monsieur le Ministre de la Défense Nationale,
Permettez-moi de prendre la respectueuse liberté de vous exposer ce qui suit, et de solliciter de votre bienveillance l’appui nécessaire pour obtenir une démobilisation rapide.
Je suis sursitaire, âgé de 24 ans, et je suis marie a une veuve de 44 ans, laquelle a une fille qui en a 25. Mon père a épouse cette fille. A cette heure, mon père est donc devenu mon gendre, puisqu’il a épousé ma fille. De ce fait, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu’elle est la femme de mon père. Ma femme et moi avons eu en Janvier dernier un fils. Cet enfant est donc devenu le frère de la femme de mon père, donc le beau-frère de mon père. En conséquence, mon oncle, puisqu’il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc mon oncle. La femme de mon père a eu a Noël un garçon qui est a la fois mon frère puisqu’il est le fils de mon père, et mon petit-fils puisqu’il est le fils de la fille de ma femme. Je suis ainsi le frère de mon petit-fils, et comme le mari de la mère d’une personne est le père de celle-ci, il s’avère que je suis le père de ma femme, et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père.
De ce fait, Monsieur le Ministre, ayez l’obligeance de bien vouloir me renvoyer dans mes foyers, car la loi interdit que le père, le fils et le petit-fils soient mobilises en même temps.
Dans la croyance de votre compréhension, veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

unknown-2

 

Un ministre est cambriolé un soir….le cambrioleur lui dit :
Donnez-moi votre argent ?
Le ministre : Savez-vous que je fais partie du gouvernement ?
Le cambrioleur : Dans ce cas, donnez-moi mon argent.Un ministre est cambriolé un soir….le cambrioleur lui dit :
Donnez-moi votre argent ?
Le ministre : Savez-vous que je fais partie du gouvernement ?
Le cambrioleur : Dans ce cas, donnez-moi mon argent.

2_pere_noel_on_a_vole_tes_roues

Un homme d’état africain fait un petit séjour sur la côte d’azur pour rendre visite à quelques amis responsables politiques. Il est ainsi reçu dans la somptueuse villa d’un député-maire et remarque d’entrée toutes les toiles de maîtres qui ornent les murs.
Pendant le repas il n’hésite pas à demander à son ami:
« Il faut quand même que tu m’expliques comment tu as pu amasser une fortune pareille en faisant de la politique… »
L’élu français répond en désignant la fenêtre:
« C’est très simple, tu vois l’autoroute là-bas ? Cela a coûté 10 milliards de francs à la collectivité dont 10% directement dans ma poche… »
Le chef d’état n’en revient pas et commente:
« Joli coup ! »
Quelques années s’écoulent et notre député-maire rend la politesse à son ami africain. Il découvre avec stupéfaction que son hôte habite un château en marbre, décoré d’oeuvres de maîtres et de sculptures de grande valeur. Pendant le repas, il demande:
« C’est à ton tour de m’expliquer. Comment as tu amassé cette fortune colossale ? »
Le Président africain répond en désignant la fenêtre:
« C’est très simple, tu vois l’autoroute la-bas ? »
L’autre: « Non… »
L’Africain: « Ben voila ! »

images-7

Bonus:

Une femme harcèle son mari pour qu’il coupe l’herbe du jardin.
Le mari la regarda d’un air grave : “Tu me prends pour qui? Un paysagiste?”
Une autre fois…l’évier fuit et elle lui demande de nouveau : “Chéri, peux-tu réparer le robinet ?” Le mari répondit : “Tu me prends pour qui? Un plombier?”
Deux jours plus tard, l’ampoule du salon ne marche plus, elle va voir son mari et lui supplie: “Chéri, change l’ampoule s’il te plait”.
Sa réponse fut : “Tu me prends pour qui? Un électricien?”
Quelques jours plus tard, le mari rentre du travail et il se rend compte que la pelouse a été tondue, que le robinet a été réparé et que l’ampoule a été changée.
Très surprise, il demande à sa femme: “Chérie, que s’est-il-passé? “
La femme répond: “Tu sais le nouveau voisin à côté de chez nous ? Il est venu à la maison et il a tout fait!”
Le mari demande: “Comment l’as-tu payé? “
“Oh tu sais”, dit la femme, “il m’a dit que je pouvais soit lui préparer un bon gateau fait maison soit coucher avec lui, un plan sexe quoi.”
Le mari un peu rassuré lui demande: “Bon et alors quel gateau lui as-tu fait ? “
“Tu me prends pour qui ? Pour la gagnante de Masterchef?”

images-5

*******

Hymie Goldberg se plaignait à son ami Moise:
” Ma femme me demande toujours de l’argent, de l’argent, de l’argent…La semaine dernière, elle voulait 200 Euros. Avant-hier, elle m’a demandé 150 Euros. Et ce matin, elle voulait 100 Euros!”
“C’est fou!” répondit Moise: ”Qu’est-ce qu’elle fait de tout cet argent?”
“Je ne sais pas” répondit Hymie” Je ne lui en donne jamais”

images

Nuage de Tags