S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres



Ce peu

Ce peu d’océan, arrivant de loin,
Mais c’est moi, c’est moi qui suis de ce monde,
Ce navire errant, rempli de marins,
Mais c’est moi, glissant sur la mappemonde,
Ce bleu oublié, cette ardeur connue
Et ce chuchotis au bord de la nue,
Mais c’est moi, c’est moi qui commence ici,
Ce cœur de silence étouffant ses cris,
Ces ailes d’oiseaux près d’oiseaux sans ailes,
Mais c’est moi, c’est moi dans l’humain souci.
Courage partout, il faut vivre encore
Sous le ciel qui n’a plus mémoire de l’aurore !

(Jules Supervielle)

Illustration: Evgeni Gordiets

Voir l’article original

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :