S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres

2049845037_1

Si tu veux me voir blanc
quand il fait noir,
entendre oui
quand je dis non,
si t’en as marre
de mes mots vides,
de ma gueule d’enterrement,
de ma cuirasse d’indifférence,
si tu veux,
regarde de l’autre côté du miroir:
il y a un coeur d’ami.

(anonyme)

Voir l’article original

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :