S'il te plaît, apprivoise-moi…

Gavroche 60

will-rogers

Les débutants qui envoient un exemplaire de leur premier livre à de glorieux aînés ou à d’illustres critiques voudraient, en quelques lignes définitives, affirmer leurs sentiments de déférence à l’égard des destinataires. Après avoir longuement médité, ils adoptent, faute de mieux, la formule banale où il est question d’hommage et d’admiration. C’est tout, c’est peu.

Un humoriste américain, Will Rogers, s’est mis en tête de renouveler le genre. Voici quelques-unes des dédicaces dont il a orné la page de garde de son dernier ouvrage :

Ne jugez pas ce livre d’après l’écriture de l’auteur. Je connais des tas de bons auteurs qui ne savent même pas écrire.

Ne cessez pas de lire quand vous aurez achevé ce feuillet. Le livre devient bien meilleur par la suite : le reste des pages est imprimé.

C’est moi qui ai écrit le livre, mais ce n’est pas moi qui l’ai…

Voir l’article original 99 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :