S'il te plaît, apprivoise-moi…

Beurre & radis

Gavroche 60

Emilie Mediz-Pelikan Emilie Mediz-Pelikan

Radis roses et coquilles de beurre, olives vertes et piments rouges, sardines d’argent, écrevisses de pourpre et concombres d’or, crevettes mignonnes, saucissons d’Arles aux rondelles appétissantes, melons exquis aux chaires fondantes et embaumées, ce sont là les joyeux préludes du festin, les charmantes bagatelles de la porte, si douces en cuisine et en amour !

Patience ! la faim va venir, et tout à l’heure nous mettrons les cuillers étincelantes dans les plats fumants, les fourchettes légères dans les assiettes blanches.

En attendant, amusons-nous ; taquinons l’appétit, badinons avec la bouche et croquons les radis roses.

Il est apéritif, le radis rose, et gai comme un sourire de jeune fille. Allongé, c’est un pendant de corail;  arrondi, c’est une breloque tombée dans du jus de framboise. Il est coquet, il est mignon, il est charmant. Il entrerait dans la bouche d’une poupée et son poids serait léger au…

Voir l’article original 426 mots de plus

Commentaires sur: "Beurre & radis" (3)

  1. lapinbleu2 a dit:

    Il s’agit d’un des rares trucs que je n’aime pas le radis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :