S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres


Les Saltimbanques

Au milieu de cet attroupement
il y a avec un enfant qui danse
un homme qui soulève des poids.

Ses bras tatoués de bleu
prennent le ciel à témoin
de leur force inutile.

L’enfant danse, léger,
dans un maillot trop grand;
plus léger que les boules
où il se tient en équilibre.
Et quand il tend son escarcelle,
personne ne donne.

Personne ne donne
de peur de la remplir
d’un poids trop lourd.

Il est si maigre.

(Pierre Reverdy)

Illustration: Pablo Picasso

Voir l’article original

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :