S'il te plaît, apprivoise-moi…

On sait que les Rois admettaient auprès d’eux des bouffons, des fous du roi qui avaient autant le rôle de les distraire que les conseiller. Ce qui était vrai pour les Rois, l’était aussi pour les Princes et Seigneurs dans leurs manoirs. Et aussi pour les abbés dans leurs couvents et les évêques dans leurs palais.

Dans le tarot de Marseille, l’arcane du Mat correspond à celle du Fou et représente à la fois l’errance et la folie mais aussi l’insouciance et la Liberté. Le bouffon sert ainsi à détourner l’attention: comme pour le sacrifice d’Abraham, il est le bouc-émissaire qui, par une pirouette, dégonfle une situation délicate. Il détourne de la mort, comme la muleta évite au torero de servir de cible.

Tous les rois , tous les princes eurent donc  leur bouffon: Attila lui-même s’était attaché les services d’un professionnel du genre . Les plus célèbres  ont été Caillette pour Louis XII, Triboulet qui servit Louis XII avant François 1er, Brusquet à la cour d’Henri II puis de François II et enfin de Charles IX.

Notre bon roi Henri IV avait à son service Chicot d’abord puis une femme, Mathurine, première folle attachée à la domesticité d’un roi. Son sage ministre Sully, qui pourfendait les bouffons à la Cour, ne trouva rien de mieux que d’embaucher cette folle Mathurine, une fois sa propre disgrâce venue… Mathurine n’était pas une fille facile, à supposer d’ailleurs qu’il existât des filles faciles…Elle avait autant d’esprit que de caractère et ses ripostes étaient redoutées comme autant de traits meurtriers tirés à bout portant. Vêtue en amazone, armée de pied en cap, avec un chapeau à plumes , une épée, un pourpoint, elle affichait son attirail de guerrière avec autant d’ostentation que de provocation.

La première entrevue entre Sully et sa folle faillit tourner court: Sully n’avait pas été surintendant général des finances du royaume pour rien. Parce qu’elle était une femme , il entendait réduire sa pension de moitié. Qu’à cela ne tienne, elle se présenta à lui et à son assemblée à moitié vêtue, avec même une demi-marotte en proclamant: « Seigneur, les gens qui n’ont que la moitié de leurs appointements ne peuvent s’habiller qu’à moitié. » Sully rit de bon coeur et accepta la requête.

b_1_q_0_p_0.jpg

 

La place était lucrative: les uns lui donnaient de l’argent pour la récompenser des bons moments qu’elle leur avait fait passer, les autres pour acheter son silence et s’épargner le déplaisir qu’elle les tourne en ridicule publiquement. Mais piquer l’amour-propre des Grands était risqué. Un jour où elle était menacé de coups de bâton de la part d’un proche de Sully, elle n’hésita pas à venir implorer sa protection: « Ne crains riens, l’assura-t-il, si quelqu’un osoit te faire subir un traitement pareil, je le ferois pendre un quart d’heure après. »
-« Grand merci, répondit Mathirine, mais de grâce, Seigneur, ne pourriez-vous pas plutôt le faire pendre un quart d’heure avant? »

Un après=midi, Sully demanda qu’elle arbitrât un différent entre son propre rôtisseur et un laquais qui avait coutume de manger son pain à la fumée de son rôt. Son pain se parfumait donc ainsi et y gagnait grandement en saveur. Dans un premier temps , le rôtisseur le laissa faire puis finit par prendre le faquin au collet en exigeant qu’il lui payât la fumée de son rôt!

Le laquais n’en voulut rien savoir, manquant de faire demi-tour, arguant qu’il ne le lésait en rien et qu’il ne gâtait nullement sa viande en agissant ainsi. L’un et l’autre se querellèrent au point qu’il fallut à Sully intervenir, ce à quoi il délégua Mathurine. Après l’exposé des faits, elle demanda au laquais de lui donner un Louis d’Or, somme considérable. Mais le laquais finit par s’exécuter à contre coeur. Mathurine laissa tomber alors la précieuse pièce, la ramassa et la rendit à son propriétaire en disant:
-Te voilà payé, rôtisseur: le laquais qui a mangé son pain à la fumée de ton rôt a civilement payé ainsi au son de son argent… »

Comme quoi Salomon a eu des héritiers et même des héritières sans le savoir… On a beaucoup ri de cette mini=tragédie en trompe l’oeil  dans les murs crénélés du château de Villebon…

b_1_q_0_p_0.jpg

https://maitrerenardinfo.wordpress.com/2017/03/15/agenda-critique-…-contribution-n2/

Commentaires sur: "Agenda critique de mars: Mathurine, bouffon de Sully (contribution n°2)" (3)

  1. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    http://tiny.ph/qIFX -> tic, tac, tic, tac, tic, tac …

  2. Une folle pas si folle que ça, et même drôlement maligne !
    Je rajoute juste que l’intitulé de l’agenda est « agenda ironique » et non pas agenda critique !
    Je continue ma tournée des fous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :