S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres


Lettre aux gens très sages

Non il n’est pas fou
Celui qui parle au vent
Aux murs aux rues aux lampadaires

A l’ombre du chat sur la fenêtre
Aux mains fragiles
Qui l’aiment et le connaissent

Il n’est pas fou
Celui qui voit la mer
Dans son miroir
Et des chiens bleus
Dans les nuages

Non il n’est pas fou
Il rêve il rêve
Et nous attend
Sous le manteau de son mystère
Au cœur du monde imagé.

(Jean-Pierre Siméon)

Illustration: René Baumer

Voir l’article original

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :