S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres


Rumeurs

Sur l’épais Mur, l’âpre Mur des rauques Rumeurs
J’ai collé mon Oreille lasse et alourdie
Pour écouter à travers vos vaines Clameurs
L’écho d’une Voix mourante, morte, assourdie
Par l’épais Mur, l’âpre Mur des rauques Rumeurs.

Dans l’Aube froide et blême et sale et mal venue
Et qui n’enfantera qu’un Avorton de Jour,
Le Mur est monté, monté plus haut que les Nues,
Roc sans une faille, sombre Bloc sans contours
Dans l’Aube froide et blême et sale et mal venue.

A la Méridienne, s’écaillant de Lueurs,
Le Mur épais devenait un vaste Incendie
D’où coulaient et grésillaient Larmes et Sueurs,
Larmes d’Enfants, Sueurs d’Hommes, Chair engourdie
Dans la Méridienne s’écaillant de Lueurs.

Sur l’épais Mur, l’âpre Mur des rauques Rumeurs
J’ai posé mes pieds plats pauvre Pêcheur perclus,
Tirant de la Gangue gluante de torpeurs
La Pirogue partant pour tous les Pays perdus
Dans l’épais Mur, l’âpre Mur…

Voir l’article original 131 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :