S'il te plaît, apprivoise-moi…

Faut pas charrier

Faudrait pas charrier
et pourquoi non?

La rivière charrie bien le temps des cerises,
celui des larmes et des amours mortes.
L’océan charrie bien les bouteilles à la mer,
le chant des sirènes et des épaves de marins perdus.

Moi le Renard, je charrie parfois des tonnes de nostalgie,
de la mélancolie les soirs de soleils couchants,
et le rire étranglé des étoiles
qui résonne faux comme autant de grelots.

Je tourne le dos à ce qui m’ennuie:
Je laisse tomber les feuilles mortes et la pluie:
tout coule, tout passe, amie,
je contemple le vent et le hume le doux jasmin
et ça me suffit.
Les épines des roses, tant pis. La vie, ça rit.
Je songe à ma Muse chérie…

*********

Illustration:

Illustrations, bandes dessinées, croquis… En fait, laboratoire d’expérimentations dessinamenteuses !

Commentaires sur: "Printemps des Poètes « Faut pas charrier » (illustration : Charie, blog Chariesque)" (43)

  1. joli songe de printemps Maitre Renard 😉

  2. Très très beau !

  3. Quelle chance pour votre Muse! 🙂
    Excellent poème comme toujours Maître. Votre sensibilité me touche beaucoup!

    • Vous avez dû quelques épisodes…. Dois-je vraiment vous remettre les points sur les i? Comme dans valise? et dans calibre?

      • Ce dernier temps, je me suis assez souvent trompée de « partition »; je fais ne fais plus confiance aux interprétations. Je recherche la transparence. Et la précision… Merci d’avance pour « les points sur le i  » 🙂

      • Je viens de vous répondre. Je vous considère comme ma petite Muse. Vous m’inspirez et ce malgré vous. Autant que ce soit avec votre accord…

      • 🙂 J’étais en train de préparer mon repas…voilà pourquoi ce silence inattendu.Face à ces propos, je ne sais quoi dire… ça me touche beaucoup, peut suffire?

      • Que vous ne m’en vouliez pas, qu’il n’y ait pas de malentendu, que pourrais-je souhaiter de plus? Moi aussi, vous me touchez beaucoup et plus encore depuis vos dessins….
        Pareil pour moi: je suis parti manger avec mes parents, donc tôt. A eux aussi, je leur dis souvent que je les aime.

      • C’est bien de dire aux parents que vous les aimez! C’est même souhaitable!

      • Je le dis à mes amis, mon père spiriruel 88 ans, l’écrivain Collioure. Je lui fête même la Fête des Pères. Il y a une personne plus étonnante encore, Suzon, ma Suzon chérie. Quand elle me demandait: « Tu m’aimes pour de vrai? » Je lui répondais « Bien sûr, Suzon, je t’aime ». Elle avait cent ans. Elle est partie à 101 ans et demi, il y a deux ans. Et je n’ai aucune honte, aucun complexe à dire ici : « Je l’aime toujours ma Suzon ». Je l’aime.

      • C’est sans aucun doute parce que vous avez un cœur trop grand!

      • Vous vous moquez: je suis sûr que votre coeur est aussi grand que le mien. Vous êtes une hyper sensible. Assez curieux dans le monde de l’économie…

      • Eh bien, le monde économique ne connait pas ma sensibilité. J’arrive à la cacher assez bien je crois. En effet elle est si bien cachée que les gens ont peur de moi… 🙂

      • Je comprends ça. Vous devez être une battante, un tourbillon. Vous vous adaptez très vite, vous trouvez des solutions originales bref vous devez bousculer, déranger. Je me trompe? Et c’est pourtant ça que j’adore en vous, sans vous avoir jamais vu, sans avoir même entendu le son de votre voix…

      • 🙂 C’est vrai que je dérange et cela y compris sur la blogosphère …

      • C’est évident. Laisse faire: les cons et les jaloux, ça grouille. Si tu n’étais pas si bonne, tu dérangerais pas du tout. Continue à être toi-même. Ils vont finir par céder ou se cacher dans leur trou

      • Rires, je ne suis pas une génie et mes idées ne sont pas toujours originales. Je suis seulement bien informée et seulement dans certains domaines. En ce qui concerne les jaloux, je leur ai déjà dédicacé un article sur mon blog.

      • J’ai vu. Vous faites la différence et c’est forcément un trouble pour les autres.
        Je vais vous dire ce que m’a confié ma prof de philo en terminale: « Vous êtes brillant mais attention, quand vous sortirez de la lumière, ce sera difficile à vivre. » Vous êtes lumineuse et brillante, Mary

      • Que de beaux mots! J’aime bien le conseil de votre prof! J’en prends note!

      • C’est très vrai. Vous ne voulez tout de même pas que je récite à votre attention l’Albatros de Baudelaire… L’idée est aussi la même

      • ça marche! Mais, j’aimerai lire cela demain. je suis un peu fatiguée. J’ai passé un très beau moment avec vous sur la toile Maître. C’est toujours un plaisir de vus lire. Douce nuit à vous Maître! à demain soir alors!

      • Oui Mary. Moi aussi, j’ai du travail. Je vais chercher l’inspirait en marchant près de la mer. J’ai quelques poèmes à écrire pour la déambulation de samedi à la galerie de Marie Poscia

      • Suis sure que vous allez assurer cette tache avec brio comme toujours! Tous les succès à vous Maître !

      • J’ai aussi une grande confiance en moi, en ce que j’écris et un gros ego, Mary. Merci pour cette soirée

      • Le caractère d’un combattant! J’adore! Merci également!

      • Evidemment, ça ne s’écrit pas sur une carte de visite: Petite Muse de Maitre Renard

      • 🙂 Quel honneur! Merci Maître! Je suis profondément touchée.

      • Je voulais seulement en effet vous faire plasir. Mais je suis quelqu’un de Méditerranée, souvent j’en fais trop. C’est ma nature. J’aime la vie, j’aime les belles rencontres. Je sais le sais, le redire parce qu’on le dit sans doute jamais assez…

      • Vous me comblez d’éloges c’est vrai. 🙂 Mais ça ne me déplaît pas je l’avoue.

      • Je ne sais plus comment vous le dire: il n’y a aucune flatterie là dedans. J’ai une admiration qui n’a plus rien de secret. Vous me faites penser à ma fille aînée, Laure. Je suis tellement fier de vous aussi, de vous connaître ainsi, de voir une fille pétillante d’esprit, dans un domaine l’économie qui m’est assez étranger, et pour tout le reste: votre francophilie, votre vivacité d’esprit… Je sais que c’est vrai. Je sens votre sensibilité de cancer, j’en suis un aussi. Je vous remercie d’exister mêmes cela semble enfantin

      • Vous feriez un excellent commercial dans le monde économique – vous avez le don de la parole ! Merci ce jolis mots Maître!

      • Non, non, je n’ai rien à vendre… Juste à donner, à échanger. Je ne suis pas un homme d’argent

      • Ce n’était pas une proposition d’affaires 🙂 . Juste un constat « d’économiste ».

      • Désolé, pas un instant , je ne souhaitais vous gêner ou vous vexer…

      • ahh, mais non, vous ne m’avez pas du tout vexée. c’était juste une remarque sur mon passé qui n’a rien avec vous.

      • J’ai pensé qu’il pouvait y avoir maladresse de ma part, mais vraiment involontaire. Je ne connais pas vos codes, je n’e sais rien ou si peu de votre pays et je sais que j’ai souvent la délicatesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine…

      • 🙂 Vous vous débrouillez parfaitement Maître!

        Les codes de mon pays seront bientôt abordes en ligne. Je vous enverrai une invitation lorsque « l’autoroute » sera prête.

      • Y’a un ticket de péage?

      • Pas de ticket. Mais ne gâchons pas la surprise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :