S'il te plaît, apprivoise-moi…

Gavroche 60

siege-paris

On se rappelle toutes les horreurs que mangèrent les Parisiens durant le siège de 1870-1871 : certains en devenaient enragés.

Victor Hugo, lui, prenait la chose avec plus de philosophie. Et comme, un soir, dans un restaurant célèbre, après avoir mangé du cheval, un des dîneurs déclarait qu’il vaudrait mieux manger de la chair humaine, le grand poète annonça qu’il était tout prêt à faire partie d’une société où l’anthropophagie serait de règle.

Et pour le prouver il écrivit joyeusement un quatrain :

Je lègue à Paris, non ma cendre
Mais mon bifteck, morceau de roi.
Femmes, si vous mangez de moi,
Vous verrez comme je suis tendre.

«  Le Journal du dimanche : gazette hebdomadaire. »  Paris, 1904.

Voir l’article original

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :