S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres

Un soir d’automne, le brouillard épais masque presque entièrement la rivière
Saïtama
Un moine et un jeune novice s’apprêtent à la traverser sur une barque
légère. Les flots sont jaunes et tumultueux, un vent violent s’est levé :
« Maître, je sais bien que l’on nous attend au monastère de Rishiko, mais ne
serait-il pas prudent de remettre notre visite à demain ? Nous pouvons manger
une boulette de riz, et dormir dans la hutte de branchages que j’aperçois
là-bas.

– « … »

Son maître gardant le silence, Kasuku se résigne à embarquer, et commence
à ramer.
On ne voit de l’autre rive qu’une ligne sombre perdue dans le
brouillard.

« Maître, la rivière est large et le vent qui souffle par le travers nous
empêche d’avancer à notre gré.

– » … »

Une dizaine de minutes s’écoulent qui semblent une heure à Kasuku.
Il rame en silence, le coeur inquiet.
Soudain…

Voir l’article original 204 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :