S'il te plaît, apprivoise-moi…

Vote au village

Gavroche 60

vote-au-village

Voici un trait qui peint bien le caractère du paysan, si mobile, si insaisissable, que George Sand a trop idéalisé, que Balzac a calomnié, et qui n’a jamais été réussi dans le livre ou à la scène.

Des paysans sont groupés dans une salle de mairie et viennent déposer, chacun à leur tour, leur bulletin dans l’urne électorale. Une contestation s’élève entre un des électeurs porte-blouse et le président.

L’ELECTEUR. — J’ vous dis que j’ne voulons pas de votre liste !…  J’ n’ons pas confiance dans les imprimés !
LE PRÉSIDENT. — Alors, faites-en une à votre idée.
L’ÉLECTEUR. — Je n’ savons pas écrire.
LE PRÉSIDENT. — Un autre l’écrira pour vous… Tenez ! Maître Baptiste ne demandera pas mieux de vous rendre ce service.
MAÎTRE BAPTISTE, acquiesçant,tout en
s’approchant du bureau. — Certainement, M. le président.
MAÎTRE BAPTISTE,
à l’électeur : — Voyons ! qui est-ce…

Voir l’article original 31 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :