S'il te plaît, apprivoise-moi…

Blogosphère

Tous les liens s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.

 

La Piquouse 2 Rappel

SOS Papa

 

Commentaires sur: "Blogosphère" (3)

  1. Jipé a dit:

    il serait bon ,surtout à Lucé ,je ne parle pas de Baltimore ou de Las Vegas; que les interfaces soient en bon Français franchouillard !!!!

  2. Eren JABE a dit:

    « Papa, elle habite où la sorcière ? »
    Ce samedi après midi avec mon pimpin, direction le Palais des Sorcières.
    On arrive devant l’imposant édifice presque désert, derrière la grande porte, un vieux policier me tend le menton.
    Je lui explique que mon fils veut voir la maison des méchantes, celles qui depuis des années l’empêche d’avoir un papa.
    « 6 jours pas an, que j’ai mon fils » que je lui répète ; gêné, il hausse les épaules.
    « Comment puis-je être père ? Vous avez des enfants, vous ? ».
    Il me répond « Non », il essaie de sourire, son collègue arrive, on discute.
    Mon petit s’ennuie durant la conversation, il tourne et passe sous le portique qui ne sonne pas.
    Je lui donne mes clés, ça bipe, ça l’amuse.
    Et le second de dire que la paternité à la trappe, c’est « normal ! », qu’ils n’y peuvent hélas plus rien et de me dépeindre son désespoir de vieux policier.
    Sa vaste culture me surprend autant que son désarroi : je ne savais pas notre société, la police si atteinte.
    Pour lui, notre civilisation est foutue, ça va pêter. Enfin… nous on est proche de la retraite, me dit-il.
    Et moi, me prosternant en vain depuis 3 ans devant ce Palais, je pensais être, du moins avant les grues, une exception or ce qu’il m’avoue je le savais déjà réel : j’ai comme un malaise.

    Et mon pimpin de me lancer de ces regards que je connais bien : »Papa, je m’ennuie… ».
    Je le place devant moi, « Vous savez qu’il veut être policier quand il sera grand ? »
    Et mon fils de sourire, admiratif devant les deux hommes avec leurs pistolets : pour lui, ce sont des dieux.
    Et les dieux en même temps d’agiter leurs mains en signe de dénégation : « Surtout pas, non non… »
    Oh ! le terrible tableau, le terrible désaveu !
    Perplexe, je sort, plein de compassion pour ces hommes en bleu qui n’y peuvent plus rien.
    Mon pimpin me grimpe sur les épaules, il a trouvé un nouveau jeu : il met ses mains devant mes yeux et je fais semblant de rentrer dans un mur : il glousse, n’en peut plus de rire et ne cesse de m’aveugler.
    Dans ce monde foutu, pas de bonheur mais de rares bonnes heures dispensées au compte gouttes par des Sorcières qui soit se vengent soit gèrent égoistement leur carrière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :