S'il te plaît, apprivoise-moi…

Archives de la catégorie ‘Actualités’

Comme un fardeau (Paul Eluard)

Arbrealettres


cote-soleil-couchant
Le soir, le soleil qui se couche
Comme un fardeau glisse d’une épaule.

(Paul Eluard)

View original post

Ingratitude

Le ciel de Leyenda

loup-normand (2)

Un événement étrange vient d’avoir lieu dans la commune de Neufmarché.

Un des habitants, ayant creusé ce qu’on appelle un fossé à loup, mit au-dessus, pour attirer l’animal, une oie vivante. Un passant aperçut l’oie qui se débattait. L’obscurité ne lui permettant pas de bien distinguer, il s’approcha et tomba dans la fosse. Or celle-ci avait huit pieds de profondeur, et les côtés étaient taillés en cône renversé. Grand fut l’étonnement de l’homme, plus grand encore son embarras.

Ce ne fut qu’après avoir longtemps, mais en vain, appelé du secours, qu’il se résigna à attendre patiemment le jour. Mais à peine avait-il pris cette détermination, qu’il sent comme un lourd fardeau lui tomber sur les épaules. C’était un loup attiré par l’appât, et qui venait de se prendre au piège. On peut se faire une idée de la frayeur du malheureux. Celle de l’animal ne fut, paraît-il, pas moindre, car…

View original post 86 mots de plus

The Blushing Kitten

EPITAPHE POUR UN ARBRE (Silvina Ocampo)

Arbrealettres


EPITAPHE POUR UN ARBRE

J’ai donné l’ombre comme un verre d’eau
en été. Ma sève capturait
l’or des crépuscules, et la pôle
insistance du fleuve sur la colombe.
Si inattentifs furent les regards
qu’aucun homme en ce monde ne parvint
à dénombrer mes feuilles ni mes chants.
Mon absence maintenant tient beaucoup de place;
Un vol incessant d’oiseaux marque
le lieu où je fus, qui sans cesse s’étend.

(Silvina Ocampo)

Illustration: Alexandre Calame

View original post

L’aide de camp

Le ciel de Leyenda

decaen

Un jour le général Decaen, lorsqu’il n’était encore qu’aide de camp de son frère, fut arrêté par la gendarmerie, en se rendant à l’armée.

Comment vous nommez-vous ? lui demanda le brigadier.

Decaen.

D’où êtes-vous ?

De Caen.

D’où venez-vous ?

De Caen.

Qu’êtes-vous ?

Aide-de-camp.

De qui ?

Du général Decaen.

Où allez-vous ?

Au camp.

Oh ! oh ! dit le brigadier, qui était un faiseur de calembours, il y a trop de cancans dans votre affaire, je vous arrête comme suspect.

View original post

The Painter And His Model

Je sens voler (Émile Nelligan)

Arbrealettres


Je sens voler en moi les oiseaux du génie
Mais j’ai tendu si mal mon piège qu’ils ont pris
Dans l’azur cérébral leurs vols blancs, bruns et gris,
Et que mon cœur brisé râle son agonie.

(Émile Nelligan)

Illustration: Michael Parkes

View original post

Nuage de Tags