S'il te plaît, apprivoise-moi…

Archives de la catégorie ‘contes et nouvelles de noël’

Conte de Noël 2016 n°7: « La crèche vivante » par Armande

Dans la nuit, les cloches sonnaient à toute volée, appelant les fidèles pour la
Messe de Noël. Quelques flocons de neige virevoltaient. Les groupes emmitouflés
se pressaient vers les vitraux illuminés de l’église, havre rassurant dans le froid et les
ténèbres.
Monsieur le Curé avait eu l’idée cette année de faire une crèche vivante.
Dans un coin de la chapelle de la Vierge, avec l’aide du sacristain et des enfants de
chœur, il avait échafaudé un petit hangar53boeuf
recouvert de tôles moussues, dans lequel
Fernand, le plus proche fermier, était
venu déposer quelques bottes de paille et
un bœuf, qui pour l’heure ruminait,
béatement couché sur le chaume. L’âne
avait été prêté par la Claudine. Il
regardait de son œil doux les gens
s’installer. Les enfants, excités et curieux,
s’avançaient et lui lançaient quelques
brindilles, aussitôt rabroués par leurs
parents. L’orgue soudain entonna les
premières notes du chant d’accueil.
Cadichon, affolé, se cabra et se mit à
braire avec ardeur. Hi Han ! Hi Han ! Hi
à calmer la bête terrifiée. L’organiste, rouspétant contre les initiatives du curé, se
Han ! Quel chahut dans l’église ! Le
sacristain se précipita et eut bien du mal
remit à jouer mezza voce, redoutant un nouvel esclandre. Enfin Monsieur le Curé put
commencer la lecture de l’Evangile.
« En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre. Ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. »

Une crèche vivante simplement faite du plaisir d'être ensemble.

C’est à ce moment-là que Saint Joseph et la Vierge Marie tenant l’Enfant
Jésus devaient se présenter. Lorsqu’ils firent irruption et s’installèrent entre le bœuf
et l’âne gris, les fidèles des rangs les plus proches se mirent à murmurer, à
s’interpeler, se pousser du coude, à s’apostropher et chacun dans les bancs,
derrière, se tordait le cou pour voir et essayer de comprendre le motif de cette
effervescence.
– Mais c’est la Josette qu’ils ont pris pour faire la Vierge! Cette
dévergondée !
Léonard !
– Elle ne sait même pas qui est le père de son enfant !
– C’est peut-être le Saint-Esprit ?
– Quel scandale !
– Et St Joseph ! Vous avez vu qui ils ont mis en St Joseph ? Le vieux
– Un vieux vicieux et une dépravée ! C’est honteux !
– Il fallait quelqu’un avec une barbe…
– Mais n’importe qui de propre et honnête peut se laisser pousser la barbe !
– Et venir mettre un vrai nouveau-né à côté d’un bœuf et d’un âne ! Dans la
paille ! C’est scandaleux, répugnant, infâme !
– Dans la chapelle de la Vierge, en plus !
7aed93_0958fb06c15c4c7588cd3820b1de2a7aBref, le chahut enflait, la réprobation s’exaspérait. On montrait du doigt, on
invectivait, et même des injures fusèrent dans l’enceinte de la maison de Dieu.
Monsieur le Curé avait bien du mal à se faire entendre. Il saisit la sonnette
de la consécration et se mit à l’agiter furieusement, ce qui ramena quelque calme
dans l’assemblée. Mais on entendait encore de ci de là quelques invectives et
propos insultants.
Le prêtre put enfin ouvrir la bouche. Il morigéna sévèrement son auditoire,
traitant de mécréants et d’égoïstes ceux qui ne prenaient pas en pitié les plus
pauvres et les moins bien lotis qu’eux. Il fulmina un moment, puis s’arrêta lorsqu’il
s’aperçut que les fidèles, l’un après l’autre, puis par familles entières, quittaient le
lieu saint.
– Mais attendez, pourquoi partez-vous ? Ce soir c’est la nuit de Noël où
chacun ouvre son cœur et sa porte pour accueillir l’enfant Jésus, l’enfant pauvre, les
déshérités et les malheureux, et vous, vous partez, vous refusez l’amour qui vous
est donné, et vous refusez de donner à votre tour ?
Il restait là, le pauvre curé, les bras ballants, défait et désespéré. La jeune
maman s’était recroquevillée sur son bébé pour le protéger de toute cette haine
qu’on déversait sur eux. Saint Joseph avait posé sur son épaule une main
protectrice qui se serait voulue rassurante, mais qui tremblait. Tout à coup le bébé
se mit à hoqueter, puis ses cris fusèrent et furent répercutés longuement sous les
voûtes ancestrales de la petite église.

creche-vivante
Alors ceux qui sortaient hésitèrent. Oui, il y avait là un nouveau-né, un bébé
pur et sans faute, un bébé innocent. Sa mère n’était pas vierge certes, tout le monde
le savait, mais c’était une pauvre fille, qui avait été violée et violentée, et de ce fait
rejetée de tous. Mais était-ce de sa faute ? Quant au St Joseph, certes il n’était pas
bien propre, pas bien futé, mais pas mauvais bougre au fond, il rendait service aux
uns et aux autres moyennant une soupe ou un morceau de lard. Bien sûr, on aurait
préféré que ce soit le fils du charcutier ou la fille du boulanger, gens respectables
sinon honnêtes, qui soient choisis, mais le curé avait raison quelque part, à Noël il
faut ouvrir son cœur…
Petit à petit, les gens reprirent en silence leur place dans les bancs. Le bébé
maintenant tétait goulument le sein de sa mère et les femmes leur jetaient des
coups d’œil envieux. Saint-Joseph, gêné, tournait ostensiblement le dos, et caressait
les oreilles du bœuf pour ne pas montrer son trouble.
Monsieur le Curé reprit la lecture de l’Évangile.
« Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte, mais l’ange leur dit :
« Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire.

7755999833_la-creche-vivante-de-saint-hilaire-du-harcouet»
Il était prévu que les bergers et leurs moutons rejoignent la crèche. Ils
arrivèrent du fond de l’église en troupeau serré, avec le chien en serre-file. Certains
pensaient que tout ça n’avait pas grand-chose à voir avec une messe de minuit, et
leur certitude fut confirmée que ce furent les rois mages qui défilèrent. Comme les
chameaux sont rares dans nos campagnes, c’étaient deux gus sous une pelisse qui
figuraient la bête exotique, ce qui provoqua des éclats de rire parmi les enfants et
des protestations chez les paroissiens scandalisés. Quelqu’un cria :
– On se croirait au cirque !
Lorsque tout ce monde fut regroupé autour de la crèche, les moutons un
peu perdus allant et venant dans les allées, bêlant et broutant le bas des manteaux,
le prêtre reprit :
« Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! »
L’orgue entonna un Alleluia joyeux que l’assemblée reprit, d’abord avec réticence, puis avec de plus en plus d’ardeur, tant il est vrai que les pleurs d’un petit enfant peuvent changer les cœurs les plus endurcis.
01-saint-hilaire-harcouet

Conte de Noël 2016 n°8 : Le sourire de Noël par Nadia Bourgeois/ Gaïa blog: Transfigurer le monde

Le sourire est le chemin qui mène à la métamorphose.

C’est bientôt noël et nous nous affairons tous activement pour offrir des cadeaux à ceux que nous aimons et ce, pour voir leur visage s’illuminer de ce sourire que nous attendons en retour et nous rend si heureux. Alors, n’oubliez pas d’offrir un sourire ! En attendant, je vous offre un petit texte juste comme ça, pour sourire.

Demain c’est noël. J’ai envie de faire un cadeau qui vient du cœur, un cadeau particulier. J’ai déjà ma petite idée en franchissant la porte de la boutique devant laquelle je passe tous les matins. Je reconnais le vendeur à l’air triste. Les épaules voûtées, il s’applique à ranger des coffrets cadeaux en forme de bouches énormes derrière le comptoir. Il relève pesamment la tête et me lance un regard laconique épinglé au-dessus d’un visage figé dans ses rides d’amertume.
– Vous désirez ?
… Un sourire s’il vous plaît. Il continue à ranger les coffrets.
– Quel modèle ?
… C’est-à-dire ?
– Un sourire franc, massif, narquois, hypocrite, large, commercial, timide… je vais pas vous énumérer toute la liste !
– Je n’y avais pas réfléchi, je… L’homme s’impatiente un peu.
– Sinon, j’ai les coffrets spécial noël à prix promo. Il désigne un coffret doré posé sur le présentoir prévu à cet effet. Juste au-dessous, il est écrit :
« Sourire glacial ».
– Je désire simplement un sourire chaleureux.
L’homme hausse les épaules et repose le coffret.
– C’est vous qui voyez. Quelle quantité ?
Je suis abasourdie.
– Comment, quelle quantité ? Un sourire peut-il être pesé ?
– Non, je veux dire, pourquoi un seul sourire quand vous avez la possibilité d’en avoir toute une variété ?
– Un seul suffira pour commencer, merci.
– C’est pour consommer sur place ou à emporter ? Vous pouvez l’essayer si vous le souhaitez, le miroir est à côté.
– Oh, non, ça ira, c’est pour offrir. Pouvez-vous l’emballer ?
– Oui, il faudra ajouter un supplément pour l’emballage.
– Entendu. Vous acceptez les bonnes intentions ?
– Non, la maison ne se contente pas de promesses.
-Vous prenez les mains tendues ?
– Non, ce n’est pas assez lucratif. Excepté si vos mains sont pleines, bien entendu.
– Oh, je vois… Je lui tends un billet.
L’homme l’encaisse rapidement, me fait un paquet et me tend mon ticket de caisse sans modifier son expression. Je le glisse dans mon porte-monnaie et je reste là, sans bouger. Il lève un sourcil interrogateur. Je brandis le paquet avec mon plus beau sourire et je lui dis :
– Tenez, c’est pour vous.
– Qu’est-ce… C’est une blague ?
– Non, monsieur, je suis sérieuse. Vous vendez des sourires, mais vous semblez avoir perdu le vôtre. Joyeux noël !
La stupéfaction passée, l’homme m’offre un large sourire.

Nadia Bourgeois

https://nadiabourgeois.wordpress.com/

Conte de Noël 2016 n°5 : Butiner les étoiles par Armande

 

images-24

A la toute fin de l’été dernier, dans la ruche du petit bois, une effervescence inhabituelle s’est déclenchée. Les butineuses avaient tellement travaillé, la reine avait tant pondu, que la ruche était pleine à craquer.

Alors il se passa, bien tardivement en saison, ce qui aurait dû arriver au printemps, un essaim se forma. Une grande agitation anima le sous-bois, la vieille reine et une nuée d’abeilles tournoyèrent longuement dans la clairière, puis s’éloignèrent dans le bleu du ciel, regroupées en une multitude bourdonnante, vers un improbable gîte.

images-27

 Après avoir volé quelques temps, la reine, épuisée, se laissa choir dans un buisson et l’essaim s’agglutina autour d’elle dans les tiges piquantes d’un roncier. Les aventurières parties en reconnaissance revenaient sans avoir trouvé de havre pour la colonie. Deux fois encore la reine exténuée dut s’arrêter au cours de ce vol chaotique à la recherche d’un refuge. Enfin quelques éclaireuses apparurent, joyeuses et excitées d’avoir trouvé une cavité suffisamment spacieuse pour les héberger, dans les vieilles pierres d’un château moyenâgeux.

La colonie se regroupa. Les cirières aussitôt s‘activèrent à bâtir des alvéoles pour que la reine recommence inlassablement à pondre, malgré la saison tardive. Les avettes, à tour de rôle, régurgitaient le miel qu’elles avaient stocké, pour nourrir leur courageuse maman. L’essaim aventureux reprenait ses activités, les butineuses prospectaient leur nouveau territoire en quête de nectar et de pollen, plus rares en fin d’été qu’au printemps radieux, les gros mâles s’en allaient quérir l’eau de la rosée, les gardiennes montaient la garde.

Ainsi passèrent quelques mois. Les cellules de cire claire s’étaient remplies de miel en prévision de l’hiver. Les premiers frimas regroupèrent jeunes et vieilles autour de leur reine, resserrées sur les brèches en un essaim compact et chaleureux. Les abeilles étaient prêtes à laisser passer la froidure, à attendre les beaux jours.

Il advint qu’une nuit les gardiennes alertées se glissèrent jusqu’au cœur de la grappe pour informer la reine que des humains s’étaient installés juste à l’aplomb de leur gîte, sous une voûte moussue. La reine les apaisa :

– Observez-les, mais laissez-les tranquilles. Si jamais ils se montraient agressifs, alors vous attaqueriez.

images-26

Au bout de quelques instants, les sentinelles revinrent apporter plus amples informations :

– Ils sont trois, ils ont une charrette comme il y en a devant le magasin du village. Dedans, ils ont tassé du foin et un petit d’homme y est couché, enveloppé d’une couverture.

– Quelle histoire ! s’écria la reine, intriguée. Elle connaissait les hommes, du moins l’un d’eux, celui qui s’occupait de sa ruche, autrefois. Elle savait qu’ils ont aussi des mères, les humains, et du couvain également. Se pouvait-il qu’un aussi petit essaim d’hommes soit venu s’installer ici, dans les murs délabrés d’un antique château en ruines, en plein hiver ?

Préoccupée, elle s’approcha de la lisière du nid et entendit ces quelques mots murmurés qui s’élevaient dans le souffle glacé de la bise :

– Tu sais, Joseph, j’ai froid, j’ai faim, je n’ai plus de lait pour l’enfant. Si nous allions le déposer sur les marches de l’église ? Le soir de Noël, il y aura bien quelque bonne âme qui le prendra, s’en occupera, l’aimera ?

Joseph n’avait pas répondu.

La reine des abeilles fut saisie d’une intense émotion. Elle avait entendu, sur les ondes qui volent partout et qui perturbent les abeilles butineuses, elle en avait entendu en boucle, de ces informations de mères qui maltraitent, abandonnent ou laissent mourir leurs enfants. À chaque fois, elle, la Mère par excellence, en était perturbée et meurtrie. Comment une femme dont le plus grand bonheur est d’enfanter, peut-elle agir de la sorte ? Par désespoir, par misère, par bêtise, par égoïsme ? Par pauvreté et abandon, sans aucun doute, pour la petite maman qui pleurait, là.

Alors la Reine ordonna avec douceur :

– Mes poulettes, découpez donc les brèches de nos réserves, et apportez-les à ces pauvres gens qui ont faim.

Aussitôt les abeilles intendantes s’insurgèrent âprement :

– Majesté, on ne vous a pas dit que nous n’avons presque plus de nourriture ? À peine de quoi tenir quelques semaines si le froid persiste et si les bourgeons de saule et de cornouiller ne s’épanouissent pas bientôt…

Que faire ? La Reine leva les yeux vers le ciel noir où scintillait une myriade d’étoiles. Et la solution l’éblouit. Elle héla ses abeilles qui se regroupèrent autour d’elle.

– Mes filles, nous allons aider cette petite famille. Vous voyez les étoiles du ciel, vous voyez ces multitudes de fleurs qui tapissent le firmament, eh bien vous allez les butiner, et rapporter de quoi les nourrir, et nous aussi. Je sais, vous aurez froid, certaines ne reviendront pas et mon cœur se déchire. Que celles qui se sentent assez fortes partent. Les plus faibles resteront réchauffer la ruche. Allez, mes belles, je vous aime, allez !

D’abord réticentes, mais aiguillonnées par ces paroles de confiance et d’espoir, les abeilles prirent leur essor en hésitant, d’abord voletant, indécises, de-ci de-là. Puis, portées par les ondes généreuses de leur Mère, ce fut bientôt un déferlement. Et un tourbillon de butineuses aux ailes scintillantes, tel mille éclats d’étincelles, s’éleva jusqu’au firmament récolter le nectar des étoiles.

A.B.


images-25

 

Conte inspiré par : Léon l’enfant ourson, d’Antoine Lanciaux, Samuel Ribeyron illustrateur, Belles Histoires n° 424

Conte de Noël 2016 n°4: L’épouvantail co-écrit avec mon ami Collioure

les-epouvantails-stoique-the-scarecrow-stoic-120x120-serge-teneze-201_0

L’Epouvantail

A Gabriel

En allant comme chaque jour à la boulangerie du village, un petit garçon aperçut qu’un épouvantail avait été installé au milieu d’un champ de blé. L’enfant éprouva une petite émotion qu’il n’arrivait pas lui-même à qualifier dès qu’il l’aperçut.

Le lendemain, alors qu’il revenait chez lui, une miche de pain sous le bras, il eut l’impression languissante que cette fois l’épouvantail voulait lui parler. Il s’arrêta et s’approcha du bonhomme. Il osa même avancer son bras et le poser sur l’épaule de l’épouvantail. Il posa aussi son regard sur le visage du bonhomme et, brusquement, un frisson lui parcourut l’échine: il crut que le bonhomme lui souriait…

Au même instant, il entendit comme un bourdonnement. Un peu effrayé, il recula. 

Il se frotta les yeux: rêvait-il? 

Il regarda avec le maximum de son attention : oui, le bonhomme lui souriait, d’un doux sourire d’enfant malade. Et même, il bougeait son drôle de bras. Il arrondissait son bras, comme pour l’enlacer. Le petit garçon était très impressionné mais une telle douceur émanait du bonhomme que son angoisse s’effaçait. bientôt l’angoisse céda la place à une douce joie infinie. Il rompit la miche et en offrit un morceau au bonhomme qui hocha la tête en guise de remerciement. 

les-epouvantails-sagesse-the-scarecrow-wisdom-120x120-serge-teneze-2016_0

A cet instant, une voiture s’arrêta. Un monsieur et une dame en descendirent et s’approchèrent du  petit garçon pour essayer de comprendre ce qu’il faisait là, en extase, comme un ravi de la crèche. Il ne les vit ni les entendit venir. Et quand ils furent tout près de lui, à le toucher, il ne leur prêta aucune attention. Son attention était totalement dirigée vers l’épouvantail, comme aimantée, absorbée par lui. Ils essayèrent de lui parler, de l’interroger mais il ne leur répondit pas. Ils portèrent leurs regards vers l’épouvantail mais ils ne décelèrent rien de particulier. 

A ce moment, ils s’aperçurent que le petit garçon fléchissait sur ses jambes. Il fléchissait encore et encore. Il allait s’effondrer sur lui-même.  Alors le monsieur le prit dans ses bras et la dame prit la miche. Le petit garçon semblait endormi. Son visage exprimait une ineffable douceur une paix profonde. Le monsieur le transporta jusqu’à la voiture, l’installa très délicatement à l’arrière. En se penchant sur lui, il s’aperçut qu’il ne respirait plus, qu’il avait peut-être rejoint le paradis des épouvantails. 

Avant de remettre le contact, ils tournèrent la tête machinalement : l’épouvantail avait disparu.

les-epouvantails-grave-the-scarecrow-grave-120x120-serge-teneze-2016

dscf1049

dscf1085

Contes et nouvelles de Noël 2016 n°3: Le Père Noël se prend les pieds dans le tapis



images

Le Père Noël se prend les pieds dans le tapis

Faut pas croire: le Père Noël n’est pas toujours ce bonhomme bienveillant et aussi doux que sa barbe allant livrer les joujoux partout dans le monde dans la nuit du 24 au 25 décembre… Foin des images d’Epinal! Bien sûr, nous ne dévoilerons pas tout d’un personnage sacré de l’enfance, qui mérite  notre indulgence, mais quand même…

D’abord – mais c’est plus un secret de Polichinelle qu’un secret d’Etat- il n’y a pas un mais des Pères Noël qui se relaient discrètement: un seul homme, fût-il un surhomme, ne suffirait pas bien sûr à cette tâche titanesque. Ce n’est pas le Père Chrono Express qu’il faudrait être mais avoir un super méga  don d’ubiquité pour livrer quelques milliards de colis en quelques heures ! Quand on voit ce que met la Poste pour livrer un malheureux colis… Parfaitement invraisembable. Rétablissons la vérité, au moins en partie.

2_pere_noel_on_a_vole_tes_roues

Intéressons-nous à un seul de ces Pères Noël, le Père Noël le plus malchanceux de tous, le roi de la guigne, le parfait looser, le Pierre Richard des Pères Noël.  Le poissard par excellence, incapable de faire un pas sans se prendre les pieds dans le tapis, fut-ce un tapis de neige. A croire qu’il avait avalé une portée de chats noirs et qu’une échelle lui tombait tous les matins sur la houppelande en sortant de sa tanière. Il collectionnait pourtant tous les gris-gris, les trèfles à trois feuilles, les pattes de lapins myxomatosés, les cordes de pendus par les pieds, les coccinelles asthmatiques… En vain. La malchance lui collait aux bottes et aux basques comme la vérole sur le bas clergé. 

Remarquez, il n’officia qu’une saison. Et pour cause. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Ca n’a pas voulu et ça ne pouvait pas vouloir. La tuile ambulante pour une toiture de château. Ce jour-là, il se leva du pied gauche et en profita aussitôt pour se cogner le petit orteil droit dans son foutu fauteuil bancal sur lequel il n’osait plus s’asseoir.  « Ouille, ouille, ouille, aïe, aïe, aïe!!!! » furent les seules paroles que nous pouvons décemment rapporter ici. Pourtant ce Père Noël avait un langage fleuri et de pittoresques jurons où il était notamment question d’empapaoutage de rennes et d’une reprise intégrale du répertoire du capitaine Haddock… Tant pis pour vos chastes oreilles, votre imagination sournoise fera le reste…

pere_noel_dessin_amusant

Comme les avions de Dassault, les emmerdes viennent en rafales. Il s’ébouillanta avec  son café qu’il refila au chat. Le matou matois envoya dinguer le bol qui, pas de bol justement, se brisa en vingt-six morceaux (pourquoi donc toujours en mille morceaux?) . Un retors vingtième morceau se planta dans le pied nu de Jojo la déveine, le Père Guignard. Bon pied, bon oeil et donc mauvais pied, mauvais oeil: le dicton se vérifia puisqu’il se fourra la brosse à dents malencontreusement dans son oeil démélaïsé puis laissa tomber ses lorgnons. Résultat, il dut prendre sa paire de rechange qui n’était plus tout à fait à sa vue…

Jurant par tous les saints et priant le Seigneur de l’oublier, il se dit qu’il fallait mieux partir de là au plus vite. La poignée de porte de la maison lui resta dans la main. Il alla chercher son équipage de rennes dans la remise-garage: tout semblait allait mieux. Il partit au petit trot mais s’aperçut au bout d’un kilomètre qu’il semait les paquets du traineau comme le Petit Poucet. Les lutins avaient mal arrimé lesdits  paquets et il lui fallut rebrousser chemin vitesse grand V, histoire de ne pas se faire piquer une partie de son chargement…

capture-doeocran-2014-10-27-ao-14-31-37

Il arriva ainsi tant mal que bien à destination : sa première chaumière à livrer. C’était une somptueuse chaumière, merveilleusement blottie au milieu d’un bois de bouleaux bizarres. Il se sentit envahi par le doux foyer familial, un cocon de douceur et de partage. Il soupira de plaisir en enjambant la cheminée. Non, non, perdu, il ne resta pas bêtement coincé dans la cheminée… Remarquez, il aurait pu mais il passa de justesse. Il se sentit de plus en plus envahi par la chaleur ambiante. Il faut dire qu’il atterrit sur des braises encore fumantes et qu’il s’aperçut que la chaumière s’était modernisée: elle était équipée d’un insert !  Impossible de sortir pour déposer un cadeau…Il était en train de se faire rôtir les arfions comme une nouvelle Jeanne d’Arc, au risque de finir comme elle au bûcher…

Il commençait à étouffer sérieusement et, pour pouvoir remonter plus aisément, se débarrassa de sa houppelande et de son pantalon. Heureusement que personne ne pouvait le voir avec son caleçon orné de délicieuses petites cerises… Il était en train de se hisser vers la sortie grâce à la technique dite de la « reptation dorsale verticale », quand il entendit une alarme se déclencher dans la chaumière qui n’avait rien de humble. Etait-ce un de ces fichus détecteurs de fumée ou une de ses alarmes anti-intrusions sophistiquées? Toujours est-il qu’il y eu un branle-bas de combat dans la casbah. Quand il sortit de la cheminée, il aperçut des lumières bleues de gyrophares puis un projecteur fut braqué sur lui… Il était fait comme un claquos de supermarché low cost! Tu parles d’une Kinder surprise!

7_40y4o

Les pandores avaient été avertis et – honte suprême !- , il dut descendre les mains en l’air et en caleçon à cerises du toit. Il vit aussi qu’on était en train de verbaliser ses rennes et de les emmener à la fourrière. Il eut beau protester: une plainte avait déjà été déposée pour effraction, exhibition publique, outrage aux bonnes moeurs, défaut de permis de conduire et même impossibilité de présenter une carte d’identité ou un passeport. On le soupçonna même d’être un immigré déguisé en Père Noël….

Saperlipopette! Y’a des jours comme ça… Pour lui d’ailleurs, c’était tous les jours comme ça… Il se retrouva au poste sine die et en caleçon à fleurs . Il passa la nuit avec un clochard, un pochtron avec lequel il partagea un coup de rouge…On ne pouvait guère tomber plus bas. Si, lui, se cassa la figure de sa couchette et on dut le plâtrer  avec une fracture double tibia-péroné. 

perenoelenprison

Evidemment, comme on n’avait aucune nouvelle de lui, on le remplaça en Haut-lieu par des intérimaires et des remplaçants d’intérimaires et il aurait été licencié si on avait pu le retrouver. Mais il ne rentra jamais chez lui. Il ne voulut plus jamais entendre parler de Père Noël, de neige, de cadeaux et de tout le toutim. Il s’embarqua avec son nouvel ami Pochtron à bord d’une goëlette pour l’autre bout du monde, vers les mers chaudes et les Marquises, là où ont terminé leurs vies Gaugin et Brel.

D’aucuns prétendent que leur voilier coula heurté par un container égaré ou que les deux nouveaux compères  finirent sous la dent d’autochtones  aux îles Caïmans mais peut-être, finalement, ont-ils déjoué leur mauvais sort et vivent-ils  en tongues et en caleçon à fleurs d’hibiscus à l’autre bout du monde. Les Pères Noël noirs , ça ne pouvait pas durer jusqu’à la fin des haricots surgelés… Au moins là-bas, sur le sable, plus de tapis à redouter…

file_main_image_1371_1_pere_noel_ciel_1371_01_1500x1000_cache_640x360

Conte de Noël: « Un sapin devant la mer » de Martine Dardenne (blog Planète Opalie)

Je me souviens de notre premier rendez-vous – car le hasard n’existe pas – comme si c’était hier. Mais jamais je n’aurais imaginé qu’il serait présent à nouveau, toujours au même endroit, un an après…

bloggif_567999aa50b51

« Dr Livingstone I presume ? »

Ce fut la phrase bête qui m’était venue à l’esprit

lorsque je le rencontrai l’hiver dernier.

En l’approchant de plus près je m’étais aperçue

qu’il s’agissait d’un sapin esseulé.

Que faisait-il, posé là, oublié, abandonné ?

Probablement un sapin de trop, un qui dérange …

A moins qu’il ne fut un sapin original,

las de trôner devant une cheminée.

Alors il se serait évadé…

Alors il serait allé voir la mer…

Je m’étais assise près de lui pour lui tenir compagnie

et nous nous racontâmes notre vie.

Il me conta sa forêt, je lui parlai des monts d’Ardèche.

Ensemble nous nous prîmes à rêvasser…

La mer, indifférente, continuait à valser.

Je lui dis qu’il était beau.

Il rougit de plaisir,

alluma ses lumières et fit briller son étoile.

Au loin, des gens s’aimaient,

ou faisaient semblant.

Un navire qui passait nous salua puis disparut dans le soir.

Quelques flocons tourbillonnèrent

et vinrent mourir sur le sable.

Il était tard, on m’attendait.

Le sapin esseulé s’éteignit doucement

Et la mer, indifférente, continua à valser…

………..

A vous qui passez : Joyeux Noël !

 

(Avec l’aimable autorisation de M.D à retrouver sur son blog Planète Opalie)

Conte de Noël : « La lettre au Père Noël » de M.D.

58c4171c

Cher père Noël,

C’est la première fois que je t’écris alors je suis un peu émue. Quand j’étais petite, tu m’as drôlement choyée et je réalise aujourd’hui que je ne t’ai jamais remercié.

Alors je le fais maintenant et j’espère que tu ne seras pas fâché de mon retard.

Merci père Noël. Merci pour ma poupée Cathy, pour mon landau, ma kitchenette, ma valise d’infirmière et mes innombrables poupons dont j’ai oublié le nom. Merci aussi pour mon vélo bleu. Il était absolument magnifique et je crois bien que c’est le dernier cadeau que tu m’as fait. Je devais avoir huit ans ou quelque chose comme ça.

L’hiver suivant, quelqu’un m’a dit que tu n’existais pas ! Si tu savais comme j’étais déçue et en colère ! Les Noël n’ont plus jamais eu la même saveur, depuis. Bien sûr, on a toujours dressé le sapin dans le salon, mais les cadeaux arrivaient dans les bras des invités…

Je crois bien que c’est à partir de ce moment que l’émerveillement s’est éteint dans mes yeux. Et je t’en veux un peu…enfin, un tout petit peu.

L’année dernière, mes petites filles ont cru voir ton traîneau dans le ciel. Alors elles se sont mises à chanter pour toi, pour que tu t’arrêtes sur le toit de la maison. Nous avons joué le jeu et fait semblant que tu avais balancé les jouets par la cheminée, car naturellement tu avais trop de travail pour t’arrêter sur chaque toit de maison…

Combien de temps encore pourrons-nous garder le secret ? Je l’ignore. Il faudra bien leur dire un jour, pourtant. Il faudra leur dire que tu existes vraiment, mais seulement dans nos cœurs d’enfants.

Joyeux Noël père Noël !

PS : hum…si tu tiens vraiment à m’offrir un cadeau, j’aimerais un merveilleux Avril ! …

 

Merci à Martine pour l’aimable autorisation de reproduire son texte. Retrouvez-la sur son blog Planète Opalie

Nuage de Tags