S'il te plaît, apprivoise-moi…

Archives de la catégorie ‘hommage’

Image

Image du jour: « Ca, c’est le saut du scorpion: ça pique juste les yeux… »

9a937a86def0c13e79370d074e25fdc4

Hommage à l’élégant Roger Moore, 7 fois James Bond, à Ivanonoé, au Saint , à Bret Sinclair d’Amicalement Vôtre…

Roger Moore, né le 14 octobre 1927 à Stockwell (Londres) et mort le 23 mai 2017 à Crans-Montana en Suisse, est un acteur britannique surtout connu pour les rôles d’Ivanhoé dans la série télévisée Ivanhoé (1958-1959), de Simon Templar dans la série télévisée Le Saint (1962-1969), de Brett Sinclair, un lord dandy dans la série télévisée Amicalement vôtre (1971-1972), et de James Bond — succédant à Sean Connery et George Lazenby — dans la série de films d’EON Productions (1973-1985).
Roger George Moore naît le 14 octobre 1927 à Stockwell, près de Londres. Il est le fils unique de George Alfred Moore, un policier, et Lillian Pope (dite Lily), caissière puis femme au foyer.

Il fréquente la Battersea Grammar School (en) l’école primaire de Battersea. Il est évacué vers Holsworthy dans le Devon au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il fait ses études secondaires à Amersham dans le Buckinghamshire. Il fréquente le collège de Bede et rejoint l’Université de Durham, mais n’a jamais obtenu de diplôme.

À 18 ans, peu de temps après la fin de la guerre, Moore est enrôlé au service national. Il suit l’école d’officiers et devient capitaine. Moore a servi dans le Royal Army Service Corps (en), commandant un petit dépôt en Allemagne de l’Ouest. Il a eu un grave accident de voiture avec fracture de la mâchoire et du crâne. Après quelques mois passés dans un hôpital de Hambourg, il rentre en Grande-Bretagne. Plus tard, il étudie à la Royal Academy of Dramatic Art, au cours de laquelle ses frais ont été payés par le réalisateur Brian Desmond Hurst. Moore était un camarade de classe de Lois Maxwell2.

Le jeune Moore a fait des apparitions dans des films à la fin des années 1940. À 17 ans, Moore est apparu dans César et Cléopâtre (1945)

Carrière
Roger Moore joue le rôle d’Ivanhoé dans Ivanhoé (Ivanhoe) qui est une série télévisée britannique en noir et blanc de 39 épisodes de 25 minutes, créée par Peter Rogers d’après le roman éponyme de Walter Scott et diffusée entre le 5 janvier 1958 et le 4 janvier 1959 sur le réseau ITV. En France, la série a été diffusée à partir du 11 avril 1959 sur l’unique chaîne, à l’époque, la RTF.

Roger Moore lors du tournage du film Le Commando de Sa Majesté en 1979.
De 1962 à 1969, Roger Moore joue dans Le Saint, ce qui a assuré sa célébrité internationale.

De 1971 à 1972, il joue le rôle de Brett Sinclair, un lord dandy et milliardaire dans la série télévisée Amicalement vôtre avec comme co-vedette Tony Curtis, dont la carrière connaît un nouveau souffle. Moore perçoit un cachet d’un million de dollars pour l’ensemble du tournage de la série, ce qui en fait, à cette époque, l’acteur de télévision le mieux payé au monde. Les premiers épisodes de la série sortiront même au cinéma dans plusieurs pays d’Europe, remontés sous la forme d’un film de 90 minutes intitulé Mission: Monte Carlo.

Cette série de succès lui permet d’asseoir sa crédibilité auprès des producteurs qui décident de le choisir pour reprendre le rôle de James Bond au cinéma, à sept reprises, remplaçant ainsi Sean Connery. En 1973, il joue dans Vivre et laisser mourir, en 1974, dans L’Homme au pistolet d’or où il est opposé à Scaramanga, joué par Christopher Lee. En 1977, il joue dans L’Espion qui m’aimait, en 1979, dans Moonraker, en 1981, dans Rien que pour vos yeux, en 1983, Octopussy et en 1985 dans Dangereusement vôtre où il est opposé à Zorin, un psychopathe joué par Christopher Walken.

En 1984, le producteur des Oies sauvages (son plus gros succès au cinéma hors James Bond) lui propose de reprendre son rôle aux côtés de Richard Burton dans Les Oies sauvages 2, il confesse non sans humour dans son autobiographie Amicalement vôtre que le rôle de James Bond lui était sans doute un peu trop monté à la tête (comprenez qu’il avait demandé un cachet certainement exorbitant), mais aussi qu’il n’aimait pas le sujet de cette suite. Curieusement, il écrira dans la préface du livre Et Dieu créa Richard Burton avoir abandonné cette séquelle après la disparition de ce dernier juste avant le tournage, ce qui est faux puisque démenti par les faits (un autre acteur l’avait remplacé depuis longtemps) et par… lui-même. La rumeur prétendant que le producteur l’aurait recontacté après la mort de Burton pour sauver le film Les Oies sauvages 2 du désastre (il aurait alors hérité du rôle principal) est peut-être fondée, mais Moore ne peut avoir refusé son aide car il était en tournage à Paris (pour tourner Dangereusement vôtre) au moment où Les oies sauvages 2 se tournait à Berlin. Les deux hommes peuvent d’ailleurs être entendus en train de commenter ensemble Les oies sauvages sur le DVD, et ce en toute amitié.

En 1991, Roger Moore devient ambassadeur de l’UNICEF pour défendre les droits de l’enfant.

Roger Moore soutient activement les droits des animaux avec l’association PETA, de laquelle il reçoit un prix en 2009 pour une campagne anti foie-gras..

Vie privée
Roger Moore épouse en 1946 sa première femme, la patineuse Doorn Van Steyn (née en 1922, décédée le 24 août 2010).

En 1953, il divorce pour épouser la même année la chanteuse Dorothy Squires, de 12 ans son aînée (née en 1915, décédée en 1998) et, à cette époque, beaucoup plus célèbre que lui ; ils vécurent ensemble pendant une courte période à Dafen (en) dans le Llanelli, au sud du Pays de Galles.

À son retour en 1961, alors qu’il tourne en Italie, il abandonne Dorothy pour l’actrice italienne Luisa Mattioli (it) qu’il épouse en 1969, après que Dorothy a finalement accepté de divorcer en 1968. Ils auront une fille, Deborah et deux fils, Christian et Geoffrey6. Séparés en 1993, ils divorcent en 2002.

En 1993, Roger Moore apprend qu’il est atteint d’un cancer de la prostate. Après avoir terminé une tournée en Finlande pour l’UNICEF, il entre à l’hôpital de Cedars Sinai pour une intervention chirurgicale et ce sous un faux nom pour échapper à la presse. Après une convalescence de six semaines, il se rétablit puis reprend non seulement les tournées pour l’UNICEF mais aussi sa carrière d’acteur7.

En 1996, il se lie avec Kristina Tholstrup, une Danoise richissime née en 1942, qu’il connaissait depuis 1981 quand ils étaient voisins sur la Côte d’Azur. Ils se marient discrètement à Copenhague le 10 mars 20028.

Décès
Roger Moore meurt le 23 mai 2017 des suites d’un cancer. La nouvelle de son décès est annoncée par ses enfants via son compte Twitter.

 
Films de James Bond
1973 : Vivre et laisser mourir (Live and Let Die) de Guy Hamilton
1974 : L’Homme au pistolet d’or (The Man with the Golden Gun) de Guy Hamilton
1977 : L’Espion qui m’aimait (The Spy who Loved me) de Lewis Gilbert
1979 : Moonraker de Lewis Gilbert
1981 : Rien que pour vos yeux (For Your Eyes Only) de John Glen
1983 : Octopussy de John Glen
1985 : Dangereusement vôtre (A View to a Kill) de John Glen
Télévision
1958-1959 : Ivanhoé (Ivanhoe) (série de 39 épisodes) : Ivanhoé

1962-1969 : Le Saint (The Saint) (série britannique de 118 épisodes) : Simon Templar
1971-1972 : Amicalement vôtre (The Persuaders!) (série de 24 épisodes) : Lord Brett Sinclair
Voix françaises
Claude Bertrand fut la voix française régulière de Roger Moore de 1964 à 1985. Moore fut aussi doublé occasionnellement par d’autres comédiens tels que Jean-Louis Jemma, René Arrieu ou encore Claude Giraud.

Description de cette image, également commentée ci-après

Roger Moore en 1973.

Roger Moore vers 1960.

 

Roger Moore au festival de Cannes 1989 avec sa troisième épouse.

 

Roger Moore en 2012.

 (source: Wikipedia)

 

Les bons mots de Michel Galabru (2/2)

unnamed-22.jpgunnamed-24.jpgunnamed-23.jpgunnamed-25.jpgunnamed-26.jpgunnamed-27.jpgunnamed-28.jpgunnamed-29.jpgunnamed-30.jpg

Femmes corses célèbres n°3: Laetitia Casta

Laetitia Casta, nom de scène de Laetitia Marie Laure Casta, née le 11 mai 1978 à Pont-Audemer, dans l’Eure, est une actrice, Mannequin et réalisatrice française.

Elle débute dans le mannequinat à l’âge de quinze ans et est rapidement remarquée par photographes et stylistes. Jean Paul Gaultier est le premier à la faire défiler.

En 1999, elle entame une carrière d’actrice de cinéma avec le film Astérix et Obélix contre César puis de théâtre en 2004 dans le rôle-titre d’Ondine.

Elle est, en 2000, le modèle d’un des bustes de Marianne. Elle est faite chevalier des Arts et des Lettres en 2012.

En 2016, elle dévoile la réalisation de son premier court métrage En moi à la Semaine de la critique au festival de Cannes.

Enfance & formation

Laetitia Casta naît le 11 mai 1978 à Pont-Audemer dans l’Eure en Région Normandie, où elle passe son enfance. Son père Dominique Casta est corse et sa mère Line Blin est normande. Elle a un frère aîné qui se prénomme Jean-Baptiste et une sœur cadette, Marie-Ange.

En août 1993, elle découvre qu’elle est inscrite à l’élection de Miss Lumio en Haute-Corse ; concours qu’elle remporte sur la place du village, où elle passe ses vacances. Ceci marque le début de sa carrière de mannequin.

Sa carrière d’actrice commence en 1999 dans le rôle de Falbala dans Astérix et Obélix contre César. Elle tourne par la suite dans de multiples films et téléfilms, en tant que personnage de rôle principal ou secondaire. Sa carrière de comédienne débute en 2004 dans le rôle d’Ondine de la pièce éponyme de Jean Giraudoux. En parallèle de ces deux activités, elle est très régulièrement sollicitée pour des publicités et des couvertures. Elle fait un retour remarqué sur les podiums, Marc Jacobs l’invite à ouvrir le défilé Louis Vuitton automne-hiver 2010 dans la Cour Carrée du Louvre. Elle clôture le défilé Roberto Cavalli printemps-été 2011 à Milan.

Elle est ceinture marron de judo.

Elle a trois enfants : une fille née en 2001 dont le père est Stéphane Sednaoui, et un garçon et une fille nés respectivement le 21 septembre 2006 et le 30 août 2009, de son union avec Stefano Accorsi. Le couple se sépare en 2014. Depuis 2015, elle entretient une relation amoureuse avec l’acteur Louis Garrel.

 

Mannequinat

Laetitia Casta par Pierre-Anthony Allard réalisé dans le cadre du Studio Harcourt en 2005.
Sur la plage de la Marine de Sant’Ambrogio, le photographe Frédéric Cresseaux la remarque. À Paris, elle attire l’attention de plusieurs photographes, notamment Paolo Roversi. Satoshi Saikusa fait ses premières photographies et Horst Diekgerdes la photographie pour son book bleu. Vincent Peter, directeur de l’agence de mannequin Madison, la recrute. Il la présente à Odile Sarron, directrice de casting du magazine Elle, qui l’aide à s’insérer dans le milieu de la mode. Jean Paul Gaultier est le premier à la faire défiler ; elle devient sa muse.

Elle ne devient pas à la première rencontre la muse d’Yves Saint Laurent1,15,n 2. C’est à vingt ans qu’elle noue autour de son cou le collier caractéristique en forme de cœur que les mariées des défilés Saint Laurent ont porté avant elle16. Pendant la Coupe du monde de football de 1998, elle défile au Stade de France parmi trois cent mannequins pour célébrer la maison de haute couture Saint Laurent10. Avec Catherine Deneuve, elle lui chante Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous de Barbara lors du Défilé-Rétrospective des quarante ans de création du couturier.

Laetitia Casta au festival de Cannes 1999.
Elle fait l’objet d’une importante couverture médiatique dès 1998, en faisant notamment la couverture de plusieurs grands magazines comme Rolling Stone en août qui la nomme mannequin de l’année. Elle devient ambassadrice de L’Oréal Paris19. Elle défile de 1998 à 2000 pour la marque américaine de lingerie, Victoria’s Secret.

Elle poursuit sa collaboration avec le photographe Herb Ritts en 1999, qui la photographie pour le calendrier Pirelli20,21 et la fait tourner dans le clip de Baby Did a Bad, Bad Thing (en) de Chris Isaak. En même temps, sa carrière dans le cinéma débute avec le film Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi qui la remarque et dans lequel elle joue Falbala.

Deux ans auparavant, elle pose pour la première fois nue devant le sculpteur et paysagiste Jean-Marc de Pas. Il sculpte chez elle la femme qui marche et la femme endormie aujourd’hui dans les jardins de Bois-Guilbert. Il lui crée le design de son logo1. Avec ses trois bustes de Marianne, il termine second au concours national de sculpture de la Marianne de l’an 2000 remporté par Marie-Paule Deville-Chabrolle à Prégilbert.
En 2000, à la suite d’un concours organisé par l’Association des maires de France (AMF), association présidée par le maire RPR Jean-Paul Delevoye, elle est élue pour être le modèle du buste de la « Marianne de l’an 2000 »26, cette élection faisant l’objet de controverses comme toutes les Mariannes depuis 196927 du fait de rumeurs sur sa décision de partir habiter à Londres28.

L’élection de Laetitia Casta se déroule auprès de l’AMF qui propose à ses 34 000 adhérents de participer. Elle est élue à 36 % des voix sur les 16 000 maires ayant participé, ses concurrentes étant Estelle Hallyday, Nathalie Simon, Patricia Kaas et Daniela Lumbroso et reçoit son trophée au Sénat. Cette consultation des maires répand la théorie selon laquelle le choix de la Marianne est une décision institutionnelle.

Six mois après cette nomination, une polémique naît à propos de l’installation supposée de Laetitia Casta à Londres, à la suite d’une dépêche du Sunday Times. Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur, dont la déclaration nominative a donné un retentissement international à la controverse à ce sujet, nuance, selon L’Expansion, ses précédents propos du Grand Jury, qualifiant définitivement cette affaire « d’exemplaire de la manipulation médiatique ».


Alors que sa carrière débute au cinéma, elle poursuit aussi son activité de mannequin, modèle de photographie et égérie de publicités pour des marques de parfum ou de bijoux. De 2001 à 2003, Marino Parisotto Vay la photographie pour Swarovski. Jean-Paul Goude élabore une campagne de publicité pour les Galeries Lafayette avec elle.

En 2007, une campagne de pub pour la Renault Twingo II la met en scène dans plusieurs petits épisodes où Laetitia Casta mène une enquête pour savoir qui lui a emprunté sa Twingo. En 2009 à Miami, Mert Alas et Marcus Piggott la photographient pour une campagne de publicité de Bulgari.

Au printemps 2012, Dominique Issermann organise une exposition de photographies nues de Laetitia Casta à la Maison européenne de la photographie qui a été prolongée. Les photos ont été réalisées à Vals. Outre ces expositions elle est le modèle d’une campagne de Dolce&Gabbana pour le parfum Pour Femme. Elle est invitée au premier défilé Couture de Dolce&Gabbana à Taormine.

Le 15 juillet 2013, pendant la semaine de la Couture à Paris, Gérard Darel annonce l’avoir choisie comme égérie. Laetitia Casta lance les illuminations de Noël à Paris sur les Champs Élysées, le 21 novembre 2013.

En 2015, Laetitia Casta devient la directrice artistique de Cointreau international. Elle sera, entre autres, chargée d’un projet visant à mettre en avant, à travers l’exemple de Louisa Cointreau, l’esprit de créativité des femmes

Cinéma

En 1999, elle est sollicitée pour la première fois par le cinéma pour jouer Falbala dans Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi15.

En 2001 elle interprète son premier rôle majeur, Thérèse, dans le film dramatique Les Âmes fortes de Raoul Ruiz d’après le roman éponyme de Jean Giono46. Le film est projeté hors compétition en clôture du Festival de Cannes47. Cette jolie paysanne n’a rien d’une âme tiède. Elle est ambitieuse, calculatrice et apprend vite à manipuler les hommes et sa généreuse bienfaitrice Madame Numance (Arielle Dombasle) qui voit en elle comme sa propre fille dans un jeu dangereux de fascination réciproque

Dans Rue des plaisirs de Patrice Leconte, sorti en 2002, Laetitia Casta tient le rôle principal qui est celui d’une pensionnaire de la maison close « Le Palais Oriental », malgré l’opposition initiale du scénariste Serge Frydman à ce qu’elle joue dans le film. Sa prestation est un succès d’après le réalisateur malgré l’échec commercial du film, totalisant très peu d’entrées (250 000 au total selon Leconte)

Elle se rattrape cependant lors du film Errance de Damien Odoul, sorti en 2003, où elle interprète le rôle de Lou, la femme de Jacques (Benoît Magimel). Pour le tournage, elle a dû se mettre à fumer et se teindre les cheveux en blond.

En 2006, elle tient le rôle de Francesca dans la comédie Le Grand Appartement de Pascal Thomas.

En 2008, le film Nés en 68, une rétrospective sur la conscience politique des manifestations de mai 68 aux années 2000 à travers la vie de plusieurs personnages, est fraîchement accueilli, et le jeu de Casta peu apprécié dans les colonnes du Times.

 

En 2011, entourée des réalisateurs du film Derrière les murs.
En 2010, elle tient le rôle de Brigitte Bardot dans le film Gainsbourg, vie héroïque consacré à Serge Gainsbourg, ce qui lui vaut une nomination aux Césars 2011 dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle.

Elle tourne les 29 et 30 avril 2010 sous la direction d’Anthony Mandler dans le clip de la chanteuse Rihanna, Te Amo.

En 2011, elle assure le rôle principal de The Island de Kamen Kalev, qui est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes 2011.

Du 29 août au 9 septembre 2012, elle est membre du jury de la Mostra de Venise 2012, présidée par Michael Mann.

Le 3 octobre 2012, elle joue avec Yvan Attal et François Cluzet dans Do Not Disturb du même Yvan Attal.

Le 12 décembre 2012 dans son premier film américain Arbitrage de Nicholas Jarecki (en), elle tient le rôle de la directrice d’une galerie d’art moderne qui tombe amoureuse d’un puissant homme d’affaires (Richard Gere). Elle présente le film au Festival du film de Sundance à Park City.

Le 9 janvier 2013, le premier long-métrage d’Hélène Fillières, Une histoire d’amour lui offre le rôle d’une femme délaissée par son mari (Richard Bohringer) qui tombe amoureuse d’un banquier (Benoît Poelvoorde). Le film est adapté du livre Sévère de Régis Jauffret lui-même inspiré d’un fait divers, le meurtre du banquier Edouard Stern par sa maîtresse.

Du 21 au 29 octobre 2016 elle préside le jury du 38e Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier, succédant ainsi à Roschdy Zem.

Réalisatrice

En 2016, Laetitia Casta réalise son premier court métrage En moi avec Yvan Attal, Lara Stone et Arthur Igual, Mathilde Bisson, le danseur étoile Jérémie Bélingard, le danseur de Butō et l’acteur japonais Akaji Maro à l’Opéra Garnier dans une photographie cinématographique de Benoît Delhomme. Le film est sélectionné pour la clôture de la Semaine de la critique au festival de Cannes.

Télévision

Elle joue le premier rôle dans son premier téléfilm en 2000, La Bicyclette bleue de Thierry Binisti qui cherche à adapter pour la télévision les trois premiers tomes du roman de Régine Deforges. Le téléfilm est diffusé en octobre 2000 et le jeu de Laetitia Casta y est très apprécié par la critique, malgré quelques passages jugés surjoués65. En 2014, A. Sélignac réalise un téléfilm sur la vie d’Arletty (Arletty, une passion coupable) qui est diffusé en mars 2015 sur France 2. Laetitia Casta y tient le rôle principal.

Théâtre

En septembre 2004, elle est Ondine dans la pièce éponyme de Jean Giraudoux, mise en scène par Jacques Weber au théâtre Antoinen 4,66. Elle fait à cette occasion sa première couverture de Vogue Paris67. Les critiques saluent sa performance68,69. Elle part en tournée l’année suivante, avec comme point d’orgue le théâtre des Célestins à Lyon.

En septembre 2008, Florian Zeller met en scène au théâtre de la Madeleine sa pièce Elle t’attend où elle tient le rôle d’Anna.

Le 3 février 2017, elle débute les représentations de Scènes de la vie conjugale d’Ingmar Bergman au théâtre de l’Oeuvre. Raphaël Personnaz lui donne la réplique dans cette mise en scène de Safy Nebbou.

 

Engagement associatif

Laetitia Casta est engagée ou a participé à plusieurs campagnes d’associations caritatives ou d’ONG. Dès 1999 elle participe à la Dernière édition avant l’an 2000 des Enfoirés pour les Restos du cœur, participant au concert donné au Zénith de Paris en interprétant trois chansons.

En 2002 elle soutient financièrement la reconstruction de l’Église de l’Annunziata, un projet lancé par l’association Occi Paese Rinascitu (Renaissance du village d’Occi).

Elle est nommée ambassadrice de l’UNICEF France, le fonds des Nations unies pour l’enfance, le 9 décembre 2016, et s’engage pour les 250 millions d’enfants qui vivent dans des zones de conflit.

 

(source: wikipedia)

La femme du jour. Lilian Bland (1878-€“1971), aviatrice, entre autres…

 

La journaliste et aviatrice Lilian Bland n’aura pas eu une vie de tout repos. En 1910, elle a construit son propre avion, en Irlande. Ne disposant pas d’un réservoir à essence, elle en a fabriqué un à partir d’une bouteille de whisky vide et du sonotone de sa tante. Elle a ensuite piloté ensuite son engin sur près de 30 mètres, une distance très impressionnante pour l’époque.
Pendant son temps libre, elle aimait fumer, porter des pantalons, les arts martiaux, les véhicules à moteur, et les jurons. Elle a passé sa retraite en Cornouailles à jouer, boire et peindre.

A ma Renarde…

Selfie entre l’île d’egide et le port d’Athènes , le Pirée en octobre dernier

 

             A Delphes, l’un des lieux au monde qu’elle aimait le plus.

Devant la tanière de ma renarde, dans la cour du pavillon des écuries au château de MailleboisEn route pour Paris le 31 décembre dernier

                               Sur la plage de Calvi, il y a un an

        Nous devions y retourner lundi prochain avec nos amis du FCLO

 Les obsèques d’Anne, ma Renarde, ont lieu aujourd’hui à Vernouillet             à 11h30.

Ayez une pensée ou une prière pour elle… Merci.

Image

Image du jour: »Soeur Anne, ma Renarde, je ne te vois pas revenir… »

Nuage de Tags