S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘Brassens’

Chanson amoureuse pour Marie: Chansonnette à celle qui reste pucelle – Maxime Le Forestier

Jadis la mineure
Perdait son honneur
Au moindre faux pas
Ces mœurs n’ont plus cours de
Nos jours c’est la gourde
Qui ne le fait pas.

Toute ton école,
Petite, rigole
Qu’encore à seize ans
Tu sois vierge et sage,
Fidèle à l’usage
Caduc à présent.

Malgré les exemples
De gosses, plus ample
Informé que toi,
Et qu’on dépucelle
Avec leur crécelle
Au bout de leurs doigts.

Chacun te brocarde
De ce que tu gardes
Ta fleur d’oranger,
Pour la bonne cause,
Et chacune glose
Sur tes préjugés.

Et tu sers de cible
Mais reste insensible
Aux propos moqueurs,
Aux traits à la gomme.
Comporte-toi comme
Te le dit ton cœoeur.

Quoi que l’on raconte,
Y a pas plus de honte
A se refuser,
Ni plus de mérite
D’ailleurs, ma petite,
Qu’à se faire baiser.

Facultatifs
Certes, si te presse
La soif de caresses,
Cours, saute avec les
Vénus de Panurge.
Va, mais si rien n’urge,
Faut pas t’emballer.

Mais si tu succombes,
Sache surtout qu’on peut
Être passée par
Onze mille verges,
Et demeurer vierge,
Paradoxe à part.

Chanson pour Marie: « La Maitresse d’école » Maxime Le Forestier/ Georges Brassens

A l’école où nous avons appris l’ A B C
La maîtresse avait des méthodes avancées.
Comme il fut doux le temps, bien éphémère, hélas !
Où cette bonne fée régna sur notre classe,
Régna sur notre classe.

Avant elle, nous étions tous des paresseux,
Des lève-nez, des cancres, des crétins crasseux.
En travaillant exclusivement que pour nous,
Les marchands d’bonnets d’âne étaient sur les genoux,
Etaient sur les genoux.

La maîtresse avait des méthodes avancées
Au premier de la class’ ell’ promit un baiser,
Un baiser pour de bon, un baiser libertin,
Un baiser sur la bouche, enfin bref, un patin,
Enfin bref, un patin.

Aux pupitres alors, quelque chose changea,
L’école buissonnière eut plus jamais un chat.
Et les pauvres marchands de bonnets d’âne, crac !
Connurent tout à coup la faillite, le krack,
La faillite, le krack.

Lorsque le proviseur, à la fin de l’année,
Nous lut les résultats, il fut bien étonné.
La maîtresse, ell’, rougit comme un coquelicot,
Car nous étions tous prix d’excellence ex-aequo,
D’excellence ex-aequo.

A la récréation, la bonne fée se mit
En devoir de tenir ce qu’elle avait promis.
Et comme elle embrassa quarante lauréats,
Jusqu’à une heure indue la séance dura,
La séance dura.

Ce système bien sûr ne fut jamais admis
Par l’imbécile alors recteur d’académie.
De l’école, en dépit de son beau palmarès,
On chassa pour toujours notre chère maîtresse,
Notre chère maîtresse.

Le cancre fit alors sa réapparition,
Le fort en thème est redevenu l’exception.
A la fin de l’année suivante, quel fiasco !
Nous étions tous derniers de la classe ex-aequo,
De la classe ex-aequo !

[Répétition]

Nuage de Tags