S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘carnets paresseux’

A vos plumes! : De l’objectivité de l’objet (agenda ironique de juin) — Carnets Paresseux

A peine éteints les derniers échos des petites chansons de l’agenda de mai, juin pointe son nez et – ironique mois du bachot et des exams – , s’interroge sur l’objectivité des objets ! Les objets ? On les fabrique, on s’en sert, on les jette ; nous parlons d’eux, nous les évaluons, nous les […]

via De l’objectivité de l’objet (agenda ironique de juin) — Carnets Paresseux

Les Carnets paresseux proposent: Comme une voix de baobab


 

Carnets Paresseux

« Vous croyez que c’était, dans la boite, la voix de l’agneau ? demande le renard.
– Et si c’était celle d’un éléphant ? interroge le loup.
– Difficile à dire, tant qu’on en a pas entendu un, répond le renard.
– Mais si c’est une voix d’éléphant… Le loup perdu dans ses pensées laisse sa phrase en suspens.

Voir l’article original 831 mots de plus

Carnets paresseux : Le renard quantique (illustration : Charie)

Texte: Carnets Paresseux sur le blog du même nom
Illustration: Charie sur le blog chariesque:

https://carnetsparesseux.wordpress.com/

https://chariesque.wordpress.com/

Carnets Paresseux

Disparus le renard et le petit prince, la rivière et les étoiles, l’arbre et le corbeau ! Seule subsiste la petite lueur souriante du fromage suspendu au cœur de la nuit noire. La voix du renard dit :
« Tu crois que le corbeau a disparu ?
Le petit prince qui ne répond jamais aux questions reste coi. Le renard continue :

Voir l’article original 771 mots de plus

Les Carnets Paresseux présentent: La merveilleuse histoire du renard et du fromage de Cheshire

Carnets Paresseux

« Sombre crétin de corbeau ! Maudit paltoquet emplumé ! » glapit le renard à moitié étouffé sous les coulées de fromage. Qu’eut-il mieux fait que de se plaindre, à part courir se laver la tête à la rivière la plus proche ? C’est ce qu’il fait.

Voir l’article original 811 mots de plus

Le rêve de Renard , 2ème contribution des Carnets paresseux

Le Dodo des Carnets paresseux frappe les esprits une seconde fois en quelques jours avec le monde onirique dont il ne peut être qu’un spécialiste. On ne prête qu’aux riches et à ceux pour qui la fortune vient en dormant… Extralucide même dans les bras musclés de Morphée, ne voilà-t-il pas qu’il lit même dans les pensées les plus secrètes du Renard, dans ses rêves les plus fous… Prenez une tasse de café: ça va fumer!

Carnets Paresseux

Un ciel de neige.
Un arbre gris.
Un maigre corbeau noir, perché.

Voir l’article original 317 mots de plus

Nuage de Tags