S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘cartes postales’

Cartes postales: A la découverte de l’abbaye de La Celle (83)

DSCF1033.JPG

L’abbaye de La Celle est un ensemble architectural roman situé dans la commune de La Celle, dans le Var (région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Ce monument historique médiéval est classé au titre des Monuments historiques par arrêté du 12 juillet 18861 pour les restes de l’abbaye de La Celle, bien qu’ici le terme d’abbaye soit impropre.

Ce monument appartient au Conseil Départemental du Var depuis 1990. L’abbaye se visite du mardi au dimanche de 10h30 à 12h et de 13h30 à 17h.

DSCF1003.JPG

 

 

Situation
La commune de La Celle était encore au début du xie siècle un hameau de Brignoles, dont elle est limitrophe. Elle est blottie dans la vallée que surplombent le Roc de Candelon et le Massif de la Loube (830 mètres). Le village est traversé par le CD 405. La rivière du Caramy borde le territoire de la commune. L’abbaye de La Celle se trouve au centre de ce bourg ecclésial.

Ces travaux de restauration s’achèveront dans quelques années par la reconstitution intégrale et la mise en valeur de cet ensemble médiéval.

DSCF1006.JPG

Historique

Ici vécu le Prieur de l’abaye, devenu Pape sous le nom de Marcel II
Les origines
Le site de l’abbaye de La Celle a été occupé dès l’Âge du Fer (entre les iie et ier siècles av. J.-C.). Les fouilles récentes ont mis au jour un four et un sol de cette époque. Sur le même emplacement, une « villa » romaine s’est installée au iie siècle après Jésus-Christ. Il s’agit d’une « pars rustica », exploitation agricole dont le pressoir et le fouloir ont été retrouvés dans la cuisine de l’abbaye. Cette « villa » est restée active jusqu’au vie siècle. C’est ensuite au début du xie siècle qu’a commencé la construction du premier monastère.

DSCF1008.JPG

xie – xiie siècle
En 1011, une donation est faite à l’Abbaye Saint-Victor de Marseille de terres sur le territoire de Brignoles avec une église dédiée à Sainte-Perpétue. La plus grande partie du temporel de l’abbaye se situe dans la région de Brignoles. Les femmes de ce monastère appartiennent toutes à la haute noblesse de Provence, ou du Languedoc.

L’abbaye y installe quelques moines pour assurer les offices pour les populations locales . Au xie siècle le Pape Grégoire VII confirme par une Bulle, les biens de Saint-Victor, parmi lesquels figurent l’église de Sainte-Perpétue et les terres autour, avec l’église Sainte-Marie.

Ce monastère avait la particularité d’être double, les hommes avaient d’un côté leurs bâtiments et desservaient l’église Sainte-Perpétue, les moniales utilisaient l’église Sainte-Marie. Les deux établissements avaient à leur tête une prieure et un prieur désignés par les moines de Saint-Victor. Cet établissement, improprement appelé abbaye, avait en fait le rang de prieuré.

DSCF1030.JPG

xiiie – xive siècle

Sarcophage de Garsende de Sabran
Au xiiie siècle, le prieuré avait une grande réputation, y recevant des filles de bonnes familles, et de haut lignage dont la plus célèbre est la comtesse de Provence Garsende de Sabran ; mère de Raimond Bérenger IV de Provence, qui une fois veuve de Alphonse, second fils de Alphonse II d’Aragon prit le voile en 1225, comme novice et demeura en ce lieu jusqu’à son trépas vers 1242. Le Prieuré comptait une centaine de religieuses entre 1267 et 1293. En 1311 on constate déjà des contestations qui vont jusqu’au procès, concernant l’usage des biens du Monastère par la communauté de Cabasse. Au xive siècle, les religieuses souhaitent se séparer de la tutelle des moines de Saint-Victor de Marseille avec lesquels elles sont en conflit permanent. Un Prieur restera pourtant sur le Domaine jusqu’à la Révolution, alors que les religieuses avaient déjà quitté le couvent depuis longtemps.

DSCF1031.JPG

xve – xviie siècle
La discipline s’étant relâchée, le 27 janvier 1660, le cardinal Mazarin, en tant que commendataire de l’abbaye de Saint Victor, ordonna une réforme du monastère et fit transférer en mars 1660 les nonnes à Aix-en-Provence sous la direction des religieuses de l’Église du Val-de-Grâce de Paris.

Trois religieuses seulement accepterons de rejoindre Aix. Celles qui n’acceptèrent pas de se soumettre, virent leurs pensions supprimées, ce qui amena la communauté à son extinction, d’autant que plus aucune novice ne pouvait rejoindre ce couvent.

DSCF1027.JPG

La Révolution
Vendue et morcelée en 1792 comme bien national, l’abbaye est transformée en exploitation agricole

xixe – xxe siècle
L’abbaye est classée Monument Historique le 12 juillet 1886, après le passage de Jean-Camille Formigé qui fit en 1868 un grand nombre d’aquarelles et de plans décrivant l’état de l’abbaye. La commune a racheté l’église conventuelle au début du xixe siècle pour en faire l’église communale. Durant tout le xxe siècle, les architectes des monuments historiques tenteront de faire restaurer, de sauvegarder les bâtiments qui tombaient en ruine. Tant que ces bâtiments sont restés propriété privée, les restaurations sont très difficiles.

Dans les années trente Madame Sylvia Fournier, riche propriétaire des îles de Porquerolles, achète le domaine et y installe une hostellerie-restaurant de luxe qui devient le premier établissement 4 étoiles du Var. D’anciens bâtiments, dont l’affectation d’origine reste imprécise, deviennent un hôtel-restaurant. Après sa mort en 1971, un autre établissement privé s’installe. L’abbaye de La Celle devient patrimoine public, aujourd’hui patrimoine du Département du Var. En 1990, la commune fait jouer son droit de préemption en zone urbaine, avec l’appui financier du Département à qui le Monument Historique sera rétrocédé. La partie qui accueillait l’hôtel est toujours une hostellerie de luxe, louée aux maisons Alain Ducasse. Toujours sur le domaine de l’ancien monastère, un autre bâtiment du Département du Var est occupé par la Maison des Vins des Côteaux Varois.

xxie siècleDSCF1009.JPG
Après plusieurs mois de fermeture et de très nombreux travaux, l’abbaye, témoin de l’art roman provençal est de nouveau ouverte au public depuis le 12 juillet 2016.

Description
Église conventuelle
L’église Sainte-Perpétue, aujourd’hui partiellement disparue, était l’église paroissiale de La Celle, desservie par les moines du bourg ecclésial.

Christ d’origine italienne
L’église Sainte-Marie était l’église conventuelle réservée aux moniales. Elle est depuis le début du xixe siècle l’église paroissiale de La Celle.

Un sarcophage du xiiie siècle est conservé dans l’église Sainte-Marie. Longtemps attribué à tort à Garsende de Sabran (elle n’est présente que 150 ans plus tard dans le monastère), il a servi de fontaine sur la place publique après la Révolution. Vendu en 1924 par le propriétaire privé à qui appartenait l’abbaye, il est racheté par le Département du Var en 1999.

Sur le mur Sud de l’église se trouve un magnifique crucifix d’origine italienne de la fin du xve siècle en bois polychrome à la sculpture d’un très grand réalisme. Nous y trouvons également deux retables baroques du xviie siècle.

DSCF1014.JPG

Bâtiments conventuels des moniales
Chauffoir
Cette pièce est attenante au Cellier, par une porte au centre du mur Sud, une ouverture à l’Ouest donnant sur le Cloître.

Salle Capitulaire
Ou Salle du Chapitre. C’est une pièce remarquable du xiiie siècle avec une voûte à arêtes ogivales à croisillons lourds. L’ensemble est supporté par deux piliers trapus, avec des chapiteaux ornés de dessins géométriques, de style roman.

Elle comporte à l’Est trois ouvertures étroites et cintrées tandis qu’à l’Ouest en direction du cloître, une porte et deux arcades.

Les moniales s’y réunissaient tous les jours pour lire un chapitre de la règle de saint Benoît et régler les problèmes de la communauté.

Cloître des moniales
Il est fermé au nord par l’église Sainte-Marie et à l’est par la Salle Capitulaire ; au sud par la Cuisine et le Réfectoire. Trois galeries subsistent, donnant sur la cour.

La galerie nord était la mieux conservée. Elle dessert l’accès aux autres parties des bâtiments. Sur cette galerie se trouvent également l’accès à l’église Sainte-Marie.

Le galerie ouest fera l’objet d’une prochaine restauration.

Le long de la galerie nord, côté jardin, six baies à colonnettes géminées. La voûte en plein cintre est renforcée par des arcs doubleaux. Les colonnes qui supportent au Sud les arcs à doubleaux sont dites « à genoux ».

DSCF1026.JPG

Bâtiments conventuels des moines
Ancienne église Sainte-Perpétue
Aujourd’hui, au xxie siècle, c’est une habitation privée. Sur le mur, une plaque rappelle aux visiteurs qu’ici vécut Marcel Cervin, prieur du monastère, élu Pape en 1555 sous le nom de Marcel II (1501-1555), il mourut vingt jours après.

Cloître des moines
Le Jardin
S’étendant sur trois hectares il fut entièrement restauré au xxe siècle à la demande du Département du Var, par un paysagiste choisi par l’architecte en chef des monuments historiques, Francesco Flavigny. Il s’inspire de l’esprit provençal et a gardé les arbres bicentenaires du parc.

( source: wikipedia)

Image

A noter que l’abbaye accueille une remarquable exposition d’archéologie « Des Dieux, des hommes » jusqu’au 17 septembre prochain « Des Dieux & des Hommes » est consacrée au polythéisme et aux croyances à l’époque romaine dans le Var et est conçue autour de quatre grands thèmes : 

– le Panthéon des dieux romains,

– le culte impérial inventé avec l’avènement de l’empereur Auguste,

– les divinités secondaires et les cultes locaux,

– les cultes orientaux.

Des pièces d’exceptions, telles que la tête de Minerve de Fox-Amphoux ou le torse d’Artémis d’Ephèse de Toulon, seront exposées pour la première fois.

Téléchargez le flyer

  • Infos pratiques

Ouvert du mardi au dimanche
de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30
Dernier accès 30 minutes avant la fermeture
(fermé le 1e mai)
Tél. 04 98 05 05 05

Abbaye de La Celle
Place des Ormeaux
83170 La Celle

Autoroute A8
sortie 35 Brignoles
GPS : 43°23’40N/6°02’22E

Carnets de voyage: Mykonos et Délos, Cyclades – Grèce

Il est parfois des cartes postales nécessaires comme pour ces deux îles si proches et si différentes, Mykonos l’internationale, Délos, l’île tellement sacrée des Cyclades, son centre, qu’il y était interdit d’y mourir…


unnamed-22

 

unnamed-18

unnamed-17

Delos

unnamed-15

unnamed-10

unnamed-7

Cartes postales: nouvelles du temps qu’il fait… ailleurs, du côté de l’île volcanique de Santorin (Cyclades.Grèce).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Santorin est un ancien volcan, dont le cratère a éyt submergé suite à son explosion 1.600 ans avant JC. Arrivée sur la capitale, Théra.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

                       Les célèbres couchers de soleil d’Oïa, au nord de l’île

Carnet de voyage: Le cap Sounion (Grèce)

Le cap Sounion (en grec ancien Ἄκρον Σούνιον / Ákron Soúnion ; en grec moderne Aκρωτήριο Σούνιο / Akrotírio Súnio ou Κάβο κολώνες / Kávo kolónes ou Καβοκολώνες / Kavokolones ; en latin Sunium promontorium, en vénitien Capo Colonne ; appelé cap Colonna avant le xxe siècle) est un cap de Grèce qui s’avance à 45 kilomètres au sud-est d’Athènes dans la mer Égée et qui constitue l’extrémité de l’Attique. Il est surtout renommé pour les ruines d’un temple dédié à Poséidon. Il est classé parmi les parcs nationaux de Grèce 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Temple de Poséidon

Les ruines du temple de Poséidon, bâti au milieu du ve siècle av. J.-C., surplombent la mer d’une hauteur de près de 60 mètres. Les colonnes du temple mesurent 6,10 mètres de haut, pour un diamètre de 1 mètre à la base et 79 centimètres au sommet. Leurs cannelures, moins nombreuses que d’habitude (16 au lieu de 20), ont été étudiées pour résister à l’action de l’air salin. Le poète anglais Lord Byron grava son nom sur l’une de ces colonnes. Homère appelait le temple de Poséidon le promontoire sacré et les marins y invoquaient le dieu de la Mer.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Selon la légende, le cap Sounion est le lieu d’où Égée se serait jeté à la mer. Son fils Thésée avait convenu avec lui que s’il sortait victorieux de son combat avec le Minotaure, il hisserait des voiles blanches sur son bateau, alors que s’il était tué, l’équipage devrait laisser au bateau ses voiles noires. Égée vit arriver au loin le bateau arborant de grandes voiles noires, car Thésée avait oublié de hisser les blanches, et de désespoir se jeta du haut des rochers dans la mer. D’où le nom de la mer Égée.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Légende
Lors d’une fête à Athènes, les dieux organisèrent un concours pour savoir lequel d’entre eux serait le protecteur de la ville. Poséïdon, dieu des mers, frappa un rocher de son trident. De cette faille, jaillit l’eau salée. Athéna créa l’olivier, symbole de paix qui plus tard deviendra son emblème. Toutes les femmes athéniennes votèrent pour Athéna et tous les hommes pour Poséïdon. Les femmes étant plus nombreuses que les hommes, ce fut Athéna qui devint la protectrice d’Athènes. Alors Poséidon inonda la campagne environnante sous le coup de la fureur, jusqu’à ce que Zeus trouve un arrangement : Poséïdon obtint ainsi un temple au cap Sounion.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

                             ( source texte avec le concours de wikipedia)

Nuage de Tags