S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘cent plus beaux villages de france’

Les cent plus beaux villages de France: n°21: Blesle (Haute-Loire)

blesle13

Blesle est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région d’Auvergne-Rhône-Alpes.Ses habitants sont les Bleslois(es).
En auvergnat, la commune se nomme Bleira (prononcé « Bleïra ») (nom relevé sur place en 2000).

Le nom de Blesle est issu d’un hypothétique *Blasilla villa2, nom d’un fundum gallo-romain, basé sur l’anthroponyme gallo-romain *Blasillus, non attesté, dérivé du nom de personne gaulois Blasius

600px-blason_blesle_43-svg

Le village bleslois se situe dans une vallée dominée par une falaise basaltique (composée entre autres par les « orgues basaltiques ») à la confluence de la Voireuze et du Merdan, ce premier rejoignant l’Alagnon plus bas. Situé sur le site néolithique de Chadecol, ce site fut aménagé il y a 4000 ans. Ensuite la présence d’un siège paroissial mérovingien suggère un peuplement gallo-romain. Enfin son essor débute lors de la fondation du monastère à la fin du ixe siècle, complété par la construction d’un château au xie siècle.

dscf1217

 

Fondation de l’abbaye Saint-Pierre de Blesle à la fin du ixe siècle
La première mention de la fondation de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre5 ,6,7,8 est révélée par une lettre écrite en 1095 et faisant état de sa construction entre 849 et 8859. Sa fondatrice est Ermengarde d’Auvergne10, mère de Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine et fondateur de l’abbaye de Cluny. Les possessions de l’abbaye sont alors placées sous la protection pontificale permettant d’accroître le territoire et incitant les religieuses à créer des prieurés à Autrac, Saint-Étienne-sur-Blesle, Bousselargues, Leyvaux ou Molèdes. À Blesle, l’abbesse était seigneur de la ville.

dscf1242
Arrivée des barons de Mercœur à la fin du xie siècle
À la fin du xie siècle, les puissants barons de Mercœur décidèrent de s’installer à Blesle10 et provoquent ainsi une lutte féodale entre eux et les abbesses, ces dernières combattant leurs empiétements sur les droits de l’abbaye. Tout d’abord les barons essayeront de s’emparer de l’abbaye en vain à la fin du xie siècle, ce n’est qu’au début du xiiie siècle avec l’appui du pouvoir royal qu’ils s’emparèrent des pouvoirs de justice sur Blesle et devinrent co-seigneurs.

dscf1251

Pour concilier les deux camps, les barons disposent de nombreux terrains dans la ville pour bâtir leur château, en échange ils assureront la défense du monastère et rendront hommage pour ce fief relevant de l’abbaye. Malgré tout, les barons, par leurs poids, arrivèrent à édifier une tour imposante renforcée de deux contreforts par face10 (actuelle tour aux vingt angles) malgré les protestations des abbesses.

En même temps, l’église abbatiale Saint-Pierre est refaite, en effet la majeure partie de son édifice date du xiie siècle, avec la construction de deux absidioles méridionales et du chœur, enfin étant donné des différentes étapes de sa construction dans le temps, son originalité tient à l’abside et le chœur qui sont plus vastes que la nef9. Les moniales vivaient quant à elles dans des maisons donnant sur la cour intérieure du couvent. Au xive siècle, une seconde église est construite en raison de l’accroissement de la population : l’église Saint Martin.

Lent déclin à partir du xve siècle

dscf1263

Donjon des barons de Mercœur.
Sans devenir des chanoinesses, les religieuses décident d’abandonner la vie commune pour des maisons individuelles en deux endroits, l’un derrière le chevet de l’église, l’autre dans la cour de l’abbaye à l’ouest de l’église. L’abbaye est à cette époque agrégée à l’Ordre de Cluny. Ce n’est qu’en 1789 que l’abbaye est transformée en collège de chanoinesses, avant sa suppression durant la Révolution.

De leur côté, les seigneurs de Mercœur voient leur château tomber en ruine, il sera repris à la fin du xviiie siècle par les Chavagnac (famille blesloise) qui le remettent en état en le modifiant profondément.

dscf1249

À côté de cela, les villageois sont pour la plupart abrités par des maisons en pan de bois, architecture originale reflétant les fonctions commerciales et artisanales du bourg. Cette architecture s’est maintenue jusqu’au xixe siècle. Autre événement de cette période se situe en 1558, quand Blesle fut retenu comme l’une des « treize bonnes villes » d’Auvergne, marquant la consécration de l’importance du village.

Révolution française
Sous la Révolution française, le village est nettement modifié, tout d’abord l’église Saint-Pierre, retenue comme église paroissiale, perd son clocher, en revanche l’autre église du village de Saint-Martin est complètement détruite après avoir été vendue comme bien national, à l’exception de son clocher qui est conservé afin d’y loger l’horloge communale

dscf1232.

Long déclin et exode rural
Ville prospère jusqu’au xviie siècle en raison de l’artisanat et des nombreuses industries locales (élevage, tannage, tissage de toile de chanvre), l’arrivée du chemin de fer à Blesle a pour conséquence l’exode rural vers les grandes villes, seule l’exploitation de l’antimoine résiste mais son extraction se stoppera en 1925, les usines continueront de tourner jusqu’en 1958 avec l’importation de minerais étrangers avant leurs destructions4. De plus, le village perdra de nombreux jeunes en raison de la guerre, notamment la Première Guerre mondiale, envoyés sur le front (un monument aux morts y est installé).


dscf1261

À noter que dans les années 1850, une épidémie de fièvre typhoïde opère une coupe sévère dans la population : entre 1851 et 1856 (source : recensements de population), Blesle perd 8,4% de sa population. Les plus touchés sont les enfants (-10,4 % d’enfants mâles, -10,55 % d’enfants filles) ce qui aura un impact important sur les décennies suivantes.

19797466

Deux épisodes de la série L’Instit avec Gérard Klein ont été tournés à Blesle
Le film de Christophe Barratier La Nouvelle Guerre des boutons (2011) a été tourné en partie dans le village.

dscf1207

dscf1222

dscf1209

dscf1206

( source infos texte: Wikipedia)

Les 100 plus beaux villages de France n°18: Crissay-sur-Mance (Touraine)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au cœur de la Touraine, dans la vallée de la Manse, cette ancienne châtellenie appartenant à l’ïle Bouchard et à l’archevêché de Tours a conservé les ruines de son château du XVème siècle, son église du XVIème siècle qui renferme le tombeau de l’épouse du poète Joachim du Bellay et ses demeures de tuffeau blanc où tourelles carrées, fenêtres à meneaux et fenêtres ouvragées ont la part belle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La commune est située à environ 40 kilomètres au sud-ouest de Tours. Elle est établie dans la vallée de la Manse. Le village s’appuie contre le coteau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Crissay ou Crisse, qui au ixe siècle se nommait Chrisseium et Crissiacum au xie, était une châtellenie relevant de l’Île-Bouchard, et pour une partie de son territoire de l’archevêché de Tours. Elle appartenait au ixe siècle à l’abbaye de Cormery, qui fut confirmée dans sa possession par les lettres de Charles le Chauve (entre 823 et 877). Bouchard de l’Île en fut le premier seigneur connu et est cité dans sa charte de 1084 ; après lui vint Jacques Turpin, en 1120, dont les descendants possédèrent le domaine jusqu’au 1er juillet 1632. À cette date, la terre fut saisie par décret à l’encontre de Charles Turpin et adjugée à Michel d’Évrard, capitaine gouverneur de Chinon. Les de Beauvau, puis les Choiseul lui succédèrent comme seigneurs de Crissé, au cours du xviiie siècle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le château, partiellement détruit au cours de la guerre de Cent Ans, fut rebâti à la fin du xve siècle sur les fondations d’une très ancienne forteresse ; il subsiste un donjon du xiiie siècle avec souterrains refuges creusés dessous. La chapelle seigneuriale date du début du xie siècle. L’église de Crissay fut construite en 1527 par Jean Turpin, sur les ruines d’une ancienne chapelle qui dépendait de Saint-Epain. Elle fut consacrée par Antoine de la Barre, archevêque de Tours, et restaurée en 1867. Le bourg de Crissay conserve de beaux logis des xve et xvie siècles, qui attestent de son importance passée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec peu de constructions récentes, Crissay-sur-Manse a su garder son charme et son authenticité.

Église du début du xvie siècle.
Maisons des xve et xvie siècles avec fenêtres à meneaux, toits d’ardoise et lucarnes en tuffeau, pierre calcaire spécifique à la région.
Ruines du château du xve siècle, qui domine la vallée et le village.

(avec le concours de Wikipedia)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nuage de Tags