S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘gallardon’

Nouvelles beauceronnes n°25 : Thomas Martin, le paysan prophète de Gallardon


GravureVilleMoyenAgeGd

Thomas Martin, le paysan prophète de Gallardon

 

Thomas Martin portait à merveille son patronyme. Martin reste le nom  le plus répandu, partant le plus commun  de l’hexagone. Ledit Thomas Martin est un  paysan né à Gallardon quelques années avant la Révolution. Il est mort dans la même commune à 61 ans, en 1834,  S’il avait une vocation, c’était a priori celle de  rester dans le plus profond anonymat.

En revanche, il n’aurait jamais dû porter ce  prénom  de Thomas , celui de l’ apôtre incrédule, celui -là même qui porta le  scepticisme jusqu’à toucher les plaies du Christ pour accepter l’idée de sa Résurrection. Thomas Martin était lui carrément un illuminé, un mystique qui prétendit  être témoin d’apparitions. Beati paupières spiritu, comme dit l’adage.

s-l225

Contrairement à Bernadette Soubirous ou à Thérèse de Lisieux, il eut ses visions sur le tard, à 33 ans, l’âge de la mort du Christ. Il faut dire que jusque là, rien dans sa vie n’avait attiré l’attention. Profession: paysan. Haricotier. Ne croyez pas qu’il cueillait des haricots pour Bonduelle en attendant leur fin. A en croire le Littré, un haricotier  se dit d’un « cultivateur qui laboure avec des haridelles et n’avance point dans son travail ; d’où haricotier, pauvre homme qui n’arrive point à faire ses affaires, qui tire le diable par la queue ».   Bref un bon à pas grand chose…

Fréquentait-il trop les bistrots de la commune? Une pierre de l’Epaule , cette tour de guet  à moitié écroulée si pittoresque , lui était-elle tombée sur le cigare? Toujours est-il il commença à se vanter d’échanges avec un être surnaturel. Pourtant Thomas Martin avait des ambitions sans doute assez modestes: il ne conversait ni avec le Christ ni avec la Vierge. Il sut se contenter de faire la causette avec  l’ange Raphaël. C’est toujours ça de pris…Les patrons devaient être occupés par d’autres tâches plus urgentes…

Saint Raphael et Tobie III

Sa description du soi-disant ange Raphaël n’est pas banale, pour ne pas dire qu’elle apparaît carrément folklo. Ceux qui imaginent la tenue classique avec tunique blanche repasseront: l’ange Raphaêl revu et corrigé par notre Thomas  a une redingote on ne peut plus bourgeoise et un chapeau haut-de-forme!  A se demander si les anges et archanges ne se ravitaillaient pas sur le catalogue de La Redoute, histoire de suivre une mode très parisienne… Il pourrait toutefois avoir une certaine allure  cet ange trônant au sommet du sapin de Noël… Pour le reste, cela laisse d’emblée un peu sceptique…

Ne doutant de rien, le brave Martin se la joue par la suite carrément Jeanne d’Arc: il se donne la divine mission de voir le Roi. Lequel n’est autre que Louis XVIII, ce roi corpulent et impotent que Victor Hugo lui-même traitait de « gros cochon ». On fait mieux pour l’image…  Notre brave Martin se persuade que son devoir est de  demander au suzerain de remettre de l’ordre dans le pays et de faire respecter le dimanche comme jour chômé pour honorer le Christ. Revendications qui n’ont somme toute rien de très révolutionnaires. 

5820

Le curé de Gallardon, l’abbé Laperruque (sic!) transmet la demande à l’évêque de Versailles, Mgr Louis Charrier de la Roche, incrédule. Pas du genre à gober n’importe quoi. Au point qu’il envoie le messager de l’ange à l’asile d’aliénés de Charenton, histoire de le faire examiner par des experts-psychiatres, des sommités de l’époque. Verdict sans appel, les spécialistes le déclarent sujet à une « manie intermittente avec hallucination des sens ». Logiquement, l’histoire aurait dû s’arrêter là. Avec prière pour Thomas de boire de l’eau et à son ange d’aller se rhabiller ou se faire plumer…

Or le Roi reçoit Thomas Martin en avril 1816, aux Tuileries. A huis-clos. Suivant les chroniqueurs de l’époque, Louis XVIII aurait été très ému par cet entretien. A-t-il été troublé par les révélations d’un sujet qui avait sûrement plus l’air d’un huluberlu que d’un nouveau prophète? C’est oublier le contexte de l’époque et l’opportunisme de tout politique. Et pour cause…

Martin,_Thomas

Pour mémoire, il y a moins d’un an que Napoléon 1er a manqué son retour au pouvoir après son exil à l’île d’Elbe. Les Cent jours ont eu lieu entre mars et juillet 1815 .  La fatale bataille de Waterloo  le 18 juin. Il y a de la revanche dans l’air. Celle des Royalistes. Celle des Bourbons. Il s’agit pour les nobles de revenir sur les acquis de la Révolution et de retrouver tous leurs privilèges.

L’épisode dit de la « Chambre introuvable » est à cet égard on ne peut plus  emblématique. La Chambre  des députés élue les 14 et 22 août 1815, au début de la Seconde Restauration, comporte une majorité de députés royalistes, dits « ultras ». L’expression « chambre introuvable » est attribuée à Louis XVIII lui-même: il n’aurait pu en rêver une aussi favorable à son trône. Or le régime va très vite être confronté à cette chambre extrémiste, « plus royaliste que le roi ». Elle tente d’imposer une orientation contre-révolutionnaire.  Le roi lui-même est persuadé que cette initiative  est vouée à l’échec. Mais il commet l’erreur de nommer Fouché, un régicide, pour ministre.  Un crime de lèse-majesté, si l’on peut dire. Ladite Chambre siège du 7 octobre 1815 à avril 1816, au moment même où Louis XVIII reçoit donc Thomas Martin. Qui peut croire au hasard? La Chambre sera dissoute le 5 septembre et laissera place à une assemblée plus libérale.

571985ebay_sept_496

 

S’il n’était pas un aigle et qu’il avait sans doute un certain mal à gérer la situation, Louis XVIII néanmoins a sans doute compris qu’il était un levier sur lequel il pouvait compter: la Foi et la Religion. Les visions de Martin tombaient à pic. Presque trop. Elles sont en effet d’inspiration ultraroyaliste : pour expier les fautes de la Révolution , le monarque se doit de faire reculer l’impiété grandissante et de rétablir une monarchie stricte, inspirée constamment par la Foi. Du pain béni pour Louis XVIII qui, par ailleurs s’inscrit dans la tradition de la monarchie de Droit divin. N’oublions pas son explicite devise:  » « Union et oubli » : union des Français, oubli de la Révolution française et de Napoléon!

Qui était donc le plus naïf de Louis XVIII ou de Thomas Martin? Qui s’est servi de qui? Louis XVIII a parfaitement entendu les voix du calcul politicien. Comme celles de Thomas Martin correspondaient providentiellement à celles qu’il voulait entendre, il bénéficiait ipso facto d’une caution immanente. Le genre de truc qui ne se refuse pas, de bonne foi…ou pas!

thomas-martin-gallardon-mediums-thaumaturges-db130673-0780-4516-888f-c5fa50c1b672 

D’ailleurs la suite de l’histoire prouve que les voix divines sont impénétrables. A moins que…Louis XVIII resta toujours impopulaire, lui « l’immigré » qui devint le « Roi fauteuil » lorsqu’il fut cloué dans un fauteuil roulant à cause de la goutte. Entretemps, il navigua à vue entre les ultras et les libéraux, sans vraiment se situer ni réussir à imposer ses vues..

Quant à Thomas Martin, ce fut peut-être pire encore: il déclara une douzaine d’années plus tard  avoir accusé le roi d’avoir voulu faire assassiner Louis XVI en forêt de Rambouillet avant la Révolution, histoire de monter sur le trône plus vite. S’il a continué à être écouté et consulté dans les salons et dans les campagnes,  jusqu’à sa mort,  par des laïcs comme par  des ecclésiastiques, Thomas Martin « le paysan prophète  » est officiellement mort de congestion. Sa famille n’en crut rien et prétendit qu’il avait été en fait assassiné. L’autopsie ne put rien prouver. Le pouvoir se débarrassa-t-il finalement  de ce gêneur? L’ange Raphaël en avala-t-il son haut de forme? En tous les cas, lui non plus ne fit-il entendre parler de lui et ses demandes restèrent lettres mortes… Parfois on n’est pas plus prophète dans son pays qu’ailleurs et il ne reste plus qu’à prêcher dans le désert. Il suffit de croire aux mirages…

ezcVD_iTpxFqZ3eKPFHH34J-CyQ

 

 

 

Nuage de Tags