S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘île d’oléron’

Cuisine: l’églade de l’île d’Oléron

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les ingrédients pour six personnes :
5 kg de moules
1 planche de 50 cm sur 80 cm
1 sac poubelle (120l) d’aiguilles de pin
2 pains de seigle
250 g de beurre salé
2 bouteilles de vin blanc sec

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

12 heures auparavant, vous avez fait tremper la planche dans une bassine d’eau. Elle doit être bien imbibée pour ne pas brûler lors de la cuisson.

Mettre le vin blanc au frais et beurrez les tartines de pains avec le beurre.

Laver les moules. Les disposer sur la planche : placer quatre moules, verticalement, la charnière en haut et la partie plate en bas, de façon à former une croix, les pointes des coquillages se touchant. Coincer-les avec quatre autres moules, toujours placées verticalement, légèrement posées dessus.

Continuer à remplir la planche, en plaçant les moules serrées les unes contre les autres. Ainsi, pendant la cuisson, les moules ne pourront s’ouvrir et cuiront dans leur eau.

Les moules en pleine cuissonPoser la planche par terre, sans faire tomber les moules, dans un endroit dégagé. Placer sur la planche, délicatement, des aiguilles de pins ; en mettre environ 40 centimètres (plus s’il y a du vent).

Allumer les aiguilles contre le vent. Le feu se propage lentement sur les moules que l’on entend « chanter ».

Une fois que les aiguilles sont entièrement brûlées, enlever les cendres en faisant du vent en agitant le carton par dessus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Prêt pour la dégustation: Voilà le résultat, les moules sont cuites dans leur jus, ce qui leur donne un goût incomparable. Dernière opération délicate, prendre la planche et la poser sur une table.

Déguster les moules en les ouvrant avec un couteau et en les mangeant avec les tartines beurrées, le tout arrosé avec le vin blanc sec du pays. Les mains deviennent toutes noires, les lèvres aussi, mais c’est un régal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Carnets de voyage: Le phare de Chassiron (île d’Oléron)

 

Phare_de_Chassiron_sous_une_lumière_d'après-midi

Le phare de Chassiron, juché sur une falaise rocheuse, est situé à l’extrémité nord de l’île d’Oléron, près de la ville de Saint-Denis-d’Oléron. Le phare permet aux marins de rentrer dans les eaux du pertuis d’Antioche, lieu semé de récifs et réputé pour ses nombreux naufrages. C’est le plus ancien phare de France encore en activité après celui de Cordouan.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le phare de Chassiron ainsi que ses dépendances ont été classés au titre des monuments historiques par arrêté du 23 octobre 2012.

Chassiron_et_son_jardin

Le phare en chiffres
1ère tour construite en : 1685
Deuxième construction : en 1834
Date de mise en service : 1er décembre 1836
Hauteur : 46 mètres
Taille des fondations : 18 mètres de diamètre et 3 mètres de profondeur
Feu : 8 faisceaux lumineux, feu à éclats blanc 10 s
Portée : environ 52 km (28 milles nautiques)
Date d’automatisation : 1998
Coordonnées géographiques : 46°02′48″N, 1°24′37″O
Nombre de marches : 224
Fréquentation: 164 000 visiteurs annuels (en 2012) 

phare-4

La première tour du phare de Chassiron, de 33 mètres de haut, a été construite sur ordre de Colbert en 1685. À l’époque, Rochefort était un arsenal militaire de la marine royale. Ce dernier avait une position stratégique car il était protégé côté terre par la Charente et côté mer par les pertuis charentais et les fortifications maritimes (Fort Louvois, Fort Enet, Fort de Fouras, …).

De nombreux naufrages ont eu lieu sur la côte découpée du nord de l’Ile. Il devenait alors essentiel de construire un phare pour orienter les marins et pour baliser l’entrée du pertuis. De façon à le différencier de ses voisins, que sont le phare des Baleines sur l’Ile de Ré et le phare de Cordouan dans l’estuaire de la Gironde, la tour Colbert était éclairée par deux feux de bois.

images-14

Le deuxième phare de Chassiron, tel qu’on le connaît aujourd’hui, a été construit en 1834 et mis en service le 1er décembre 1836. Les fondations ont 18 mètres de diamètre et 3 mètres de profondeur sous le rocher. Réputées pour avoir servi à la construction de la cathédrale de Cologne et au socle de la statue de la Liberté, les pierres proviennent de la carrière de Crazannes (Charente Maritime). Les marches, les perrons et la plate-forme sont des blocs de granit de Vendée. Ces matériaux ont été acheminés par gabares jusqu’au port de Saint-Denis.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En effet, la tour Colbert n’était plus assez efficace pour faire face au trafic maritime qui augmentait et de plus. De plus, elle se situait trop près de la falaise qui recule très rapidement à cause de l’érosion à cet endroit de la côte.

Charente-Maritime---Chassiron---10574

Dès 1836, le phare de Chassiron est équipé des dernières technologies de l’époque en matière d’éclairage. Le premier système se composait d’une lampe à huile végétale à 6 mèches. À partir de 1895, la lampe va fonctionner au gaz d’huile. Une usine à gaz est alors construite à côté du phare. À titre expérimental, de 1902 à 1905 la lampe va utiliser le gaz d’acétylène. Le bouleversement technologique vient ensuite d’un système d’éclairage par ampoule électrique de 2 400 Watts. Aujourd’hui la lampe du phare fonctionne avec une ampoule de 250 Watts aux halogénures métalliques et permet à ses huit faisceaux lumineux d’être visibles jusqu’à 52 kilomètres par temps clair, grâce à sa lanterne située à 43 mètres au-dessus du sol.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avant 1926, le phare de Chassiron était tout blanc. À partir de cette date, trois bandes noires ont été peintes afin de mieux le différencier du phare des Baleines.

cpa2

Depuis 1998, il n’est plus gardé à demeure mais contrôlé à distance. Il est entretenu par le bureau des phares et balises et surveillé par un contrôleur des Travaux Publics de l’État.

Ainsi, de ce phare qui possède un escalier en colimaçon de 224 marches, on peut admirer les villes de La Rochelle, l’île de Ré, ainsi qu’une partie nord de l’île d’Oléron.

photo-634751315407066256-2

Le musée
La rotonde du phare abrite un musée. Les six salles du musée s’orientent, d’une part, autour de la découverte des pêches traditionnelles (pêche embarquée, pêche à pied, pêche à la courtine et pêche aux écluses à poissons) et d’autre part, elles évoquent l’agriculture partagée entre maraîchage et viticulture ainsi que les difficultés que rencontraient les paysans face aux vents et aux embruns qui brûlaient les récoltes.

Le jardin du phare
Le jardin est en forme de rose des vents exposé aux embruns de l’océan Atlantique. Il se compose de quatre bassins, de mobilier pédagogique, d’une partie jardin de type contemporain avec des graminées et autres plantes d’ornements, et d’une partie jardin traditionnel avec 21 variétés de roses, un potager et de la vigne. Il est labellisé jardin remarquable.

(Avec le précieux concours de Wikipedia)

Chassiron_entouré_de_la_rose_des_vents

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nuage de Tags