S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘loup’

Poésie: « Tu dis, mais moi j’dis » de Belloue des Sources

JEU_DE_LOUP_JALBERT_06Tu dis, mais moi j’dis

Tu dis qu’entre nous y’a plus de rêves
Qu’tout est foutu
et qu’tu t’en fou si l’feu crève
tu dis qu’on a trop joué aux loups
aux chiens battus
à s’montrer les crocs, à s’manger la peau
à être jaloux
et qu’c’en est trop, qu’c’en est trop …

Mais moi j’dis
arrêtons d’être grands
j’dis restons ces deux enfants
qui savent bien qu’un loup c’est pas méchant
et qui gardent au creux d’la main
un peu d’amour
quand ce loup montre les dents

JEU_DE_LOUP_JALBERT_10

Tu dis qu’il faut qu’on s’réveille
qu’il n’y a plus rien au septième ciel
tu dis qu’il faut revenir dans l’monde réel
que les fées et les songes
c’est qu’du vent qui nous ronge
que les chimères c’est qu’du pipeau
et qu’c’en est trop, qu’c’en est trop

Mais moi j’dis
arrêtons d’être grands
j’dis restons ces deux enfants
qui maîtrisent le jeux
et qui savent eux
qu’avec du bois mort
on peut refaire du feu
encore et encore…

Tu dis qu’on est sorti d’nos langes
Qu’c’est fini le temps du pipi au lit
qu’la vie c’est pas de l’enfantillage
tu dis qu’ça suffit les anges
et les p’tits oiseaux
qu’maintenant faut changer de niveau
redescendre des nuages
et qu’c’en est trop, qu’c’en est trop…

JEU_DE_LOUP_JALBERT_04

Mais moi j’dis
arrêtons d’être grands
j’dis restons ces deux enfants
qui crient avec leurs petites dents de loups
qui jouent les bottes pleine de boue
et j’entends leur trot et leur galop
et j’les vois enlacés cou contre cou
comme deux chevaux
comme deux chevaux

Belloue des Sources

Poésie: Allégorie

face


Allégorie

Dans un temps ancien,

sous le dôme d’un palais vénitien,
elle portait un loup bizarre
et son regard pénétrant
inquiétait vaguement les danseurs incertains.

Que faisait-elle dans cette fête tragique,
un ballet morbide et insouciant?
Etait-elle la Grande Faucheuse,
un Ange déchu, une fée maudite,
était-elle personne,
en mal d’amour, une demi-folle?

Nul ne saura jamais: elle s’évanouit.
on la démasqua: sous son loup de velours,
on trouva
une figure de louve
et une inscription sur son front étoilé:
« N’es-tu pas celle qui apporte la guerre?
Ou bien l’Espérance? »
Tine Mars aut spei bonae ?

Derrière le masque, il y toujours un autre masque:
la Vérité nul ne la connaît jamais.

philippe_de_champaigne

Nuage de Tags