S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘petit prince’

Citation: Sage Saint-Ex

ren.png
« C’est une folie de haïr toutes les roses parce que une épine vous a piqué, d’abandonner tous les rêves parce que l’un d’entre eux ne s’est pas réalisé, de renoncer à toutes les tentatives parce qu’on a échoué… C ‘est une folie de condamner toutes les amitiés parce qu’une d’elles vous a trahi, de ne croire plus en l’amour juste parce qu’un d’entre eux a été infidèle, de jeter toutes les chances d’être heureux juste parce que quelque chose n’est pas allé dans la bonne direction. Il y aura toujours une autre occasion, un autre ami, un autre amour, une force nouvelle. Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ. » Le Petit Prince – Antoine de Saint-Éxupéry.

Nouvelles et contes: Le Petit Prince et le promoteur immobilier

group-0-_mg11007__mg11079-54-images-2-2.jpg

Lorsque le Petit Prince retourna sur son astéroïde B 612, après avoir visité d’autres planètes et leurs occupants étranges, un roi, un vaniteux, un buisnessman un géographe et même un allumeur de réverbères, il fut bien surpris et encore plus dépité. Son tendre et si cher repaire était complètement dévasté.

– Il ne faut pas rester là, lui dit un chef de chantier, casqué et ganté. C’est interdit. C’est dangereux.

– Mais, c’est chez moi, protesta doucement le Petit Prince, révolté.

– Vous avez un titre de propriété?

– C’est chez moi, vous dis-je. J’ai toujours habité ici.

– Désolé. Nous l’avons légalement acheté. C’était une planète abandonnée. Nous allons construire une résidence-hôtel, un parking et un supermarché pour touristes de l’espace. Les grues sont en place. Veuillez dégager pour ne pas gêner les manoeuvres.

En effet, les grues et les camions s’activaient, bouleversant tout, rasant les volcans, bitumant sa pauvre étoile. Le rosier allait être déraciné, avalé dans la mâchoire d’une pelleteuse. Le Petit Prince vit rouge, ce qui ne lui arrivait que fort rarement. Il s’interposa entre la machine et la fleur. Personne n’osa faire du mal à ce petit être si lumineux.

La nuit, il versa un mélange de sable et d’on ne sait trop quoi dans les réservoirs des machines qui feraient désormais plus de bruit. Il versa de l’essence un peu partout. Un rayon de lune fit le reste. En instant, tout s’embrasa et les ouvriers, sans demander leur reste, désertèrent la planète à tout jamais. Le Petit Prince se reconstruisit un petit chez soi avec un petit panneau « Home sweet home » à l’entrée de sa maison de poupée. Il veilla sur son rosier survivant. Il ne voulut pas que cet épisode fut rapporté de ses aventures. Pour vivre heureux, restons cachés, confia-il à sa rose. Sur ce, le coeur gros, il s’envola vers la Terre, profitant du passage d’un nouveau vol d’oies sauvages.

group-0-_mg_4739__mg_4767-28-images-3-3r.jpg————————————————————————–

Ce texte est écrit en pensant à l’astronaute Thomas Pesquier qui a lancé un concours d’écriture sur le thème « Imaginez une nouvelle aventure du Petit Prince sur une autre planète » ou quelque chose comme ça. Elle est réservée aux moins de 25 ans, ce qui ne me permet pas d’y participer.

L’autre déclic, ce sont les deux photos de Jean-Noel Kegel. photographe professionnel, prises sur son blog

MOMENTD1POSE

avec son aimable autorisation, section mini-planètes

 

 

 

Insolite:Depuis l’espace, Thomas Pesquet lance un concours autour du «Petit Prince»

ESPACE  Les participants, qui doivent avoir moins de 25 ans, ont jusqu’au 28 février pour envoyer leur histoire…

Thomas pesquet, dans la station spatiale internationale
Thomas pesquet, dans la station spatiale internationale – ESA/NASA/SIPA

Thomas Pesquet, qui séjourne dans la Station spatiale internationale (ISS) depuis le 20 novembre, a choisi d’emporter avec lui les œuvres complètes de l’aviateur et écrivain Antoine de Saint-Exupéry. Alors il n’est pas surprenant que l’astronaute français ait donné ce lundi le coup d’envoi de « Faites voyager vos histoires dans l’espace » ( http://www.missionproxima.com/concours-ecriture), un concours d’écriture en langue française autour du Petit Prince.

« Je vous invite à emmener le Petit Prince sur une nouvelle planète »

« Pilote et astronaute, j’ai aussi été inspiré dans ma jeunesse par Saint-Exupéry qui a écrit Le Petit Prince, l’histoire d’un jeune garçon qui voyage de planète en planète », a expliqué Thomas Pesquet sur sa page Facebook. « Je vous invite à emmener le Petit Prince sur une nouvelle planète, où il fera à nouveau une surprenante rencontre… ».

Le concours est organisé par l’Agence spatiale européenne (ESA), la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse, le Labo des histoires, la Cité de l’Espace et l’Institut Français. Les participants, qui doivent avoir moins de 25 ans, ont jusqu’au 28 février pour envoyer leur histoire.

Résultats le 6 avril

Un jury composé d’astronautes, de personnalités de l’aérospatiale et de la littérature sélectionnera dix textes finalistes [cinq soumis depuis la France, cinq autres depuis le reste du monde], a précisé l’ESA dans un communiqué.

Ces dix textes seront envoyés à l’astronaute français à la mi-mars. Charge à lui d’en sélectionner deux et d’annoncer le 6 avril son choix pour les deux Grands Prix (catégorie France et catégorie International), depuis l’ISS.

A l’automne 2017, les dix finalistes seront invités pour un séjour en Europe sur le thème de l’espace et de la littérature.

 

(source: 20 minutes)

 

 

BOCUSE D’OR: Le chef étoile Laurent Lemal va s’inspirer du Petit Prince

Lors de l’édition mondiale du Bocuse d’Or en janvier à Lyon, le chef étoilé Laurent Lemal va présenter une vision culinaire du « Petit Prince », l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry. Les 24 et 25 janvier, lui et ses les concurrents auront six heures pour « envoyer » deux plats aux 14 membres du jury.

Laurent Lemal présentera lors du Bocuse d’Or une vision culinaire de l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry. ©Raymond Roig/AFP

 Après « Dessine-moi un mouton », ce sera « dessine-moi un végétal »: le chef étoilé Laurent Lemal va présenter une vision culinaire de l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry lors de l’édition mondiale du Bocuse d’Or en janvier à Lyon. « Ce sont les 70 ans du Petit Prince, le livre le plus vendu dans le monde après la Bible. Avec mes plats, vous verrez: ce sera +dessine-moi un végétal+ », explique le chef du restaurant La Coopérative à Bélesta (Pyrénées-Orientales).

« Moi, j’ai toujours été un passionné de Saint-Ex. Aujourd’hui, je le lis à mon fils (7 ans). Plus tard, ce sera à ma fille (9 mois) », ajoute le représentant de la France à ce concours et l’un des 24 jeunes chefs mondiaux qualifiés. Compétition bisannuelle, le Bocuse d’Or constitue les « Jeux olympiques de la gastronomie », dixit Franck Putelat, double étoilé à Carcassonne et coach de Lemal pour ce concours très relevé.

Lors de cette épreuve, les 24 et 25 janvier, les concurrents ont six heures pour « envoyer » deux plats aux quatorze membres du jury. Lesquels? Secret défense. « L’espionnage industriel existe. On se méfie », explique François Adamski, Bocuse d’Or 2001 et président de la « Team France » montée autour de Lemal. Rien ne sera divulgué sur les préparations françaises. L’équipe tricolore se contente de rappeler les exigences de l’organisation: une assiette végan avec des produits à choisir parmi les 146 d’un catalogue et une interprétation du poulet de Bresse aux crustacés.

Ce plat de volaille, « c’était l’une des spécialités de Paul Bocuse », l’initiateur du rendez-vous gastronomique créé en 1987, souligne Lemal, disciple d’Alain Ducasse, admettant qu’il restera « proche de la recette originale », à savoir avec « des écrevisses ». Quant aux végétaux, il en prendra « une dizaine ». « On peut promouvoir deux produits supplémentaires de son pays. Les miens seront catalans », précise ce ch’ti, né près de Douai. « La victoire sera compliquée » car la France, victorieuse de 7 des 15 précédentes éditions, est toujours « l’équipe à abattre », prédit Lemal, espérant avec son thème « toucher le petit cœur des grands +cuisiniers-jurés+ ».

Depuis sa qualification grâce à son succès au Bocuse d’Or France en 2015, suivi en mai dernier à Budapest de sa 4e place (sur 22) au Bocuse d’Or Europe, prix spécial viande, Lemal travaille comme un fou. Ingrédients, recettes, présentation, forme des plats que confectionnera un artisan d’art…: il ne laisse rien au hasard avec ses collègues de la « Team France », des grandes toques, certains ex-vainqueurs et multi-étoilés.

« Il faut être novateur et créatif », assure Lemal, étoilé depuis 2014 à la réputation d’anticonformiste, notamment pour son chocolat au foin ou ses asperges au sirop de sureau. Pour conquérir son Graal, Lemal a aussi voulu bouleverser ses habitudes: il a écarté son commis féminin, remplacée par Sébastien Vakanas, un jeune homme embauché au restaurant seulement en avril. « J’avais besoin d’un turbo« , commente-t-il.

Pour l’entraînement, le chef s’est créé un endroit spécifique. Juste à côté de la cuisine de l’établissement situé dans les anciennes presses du domaine viticole de Riberach, avec une vue splendide sur les Pyrénées, il a installé un box similaire à celui dont il bénéficiera pendant la compétition (A Lyon, ce sera le 7). C’est là, à partir du 3 janvier et à huis clos, qu’il va cuisiner dans les conditions de compétition. Avec chronomètre. Préparation des deux plats un jour, débriefing le lendemain. Objectif: atteindre la perfection. Des premiers essais ont déjà montré la nécessité d’accélérer le dressage des assiettes. « 25 minutes: trop long! », a tranché Putelat.

« Laurent, c’est un créatif. Surtout, il a une gestion extraordinaire du stress. Il est tranquille, ne s’énerve jamais. Pour nous, c’est même agaçant », juge le Carcassonnais. Laurent Lemal, qui assure « construire sa carrière à l’instinct » se sent prêt à « relever le défi ». Surtout, il voit une complémentarité entre cette compétition et le gain de nouvelles étoiles qu’il appelle de ses vœux. « Plus on atteint l’excellence en concours, plus on atteint l’excellence au restaurant », affirme-t-il.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

 

Nuage de Tags