S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘photographe’

Image terrifiante du jour…


Cette photo terrifiante présente un enfant soudanais affamé traqué par un vautour. Kevin Carter remporta le prix Pulitzer pour cette photo. Il fût critiqué pour avoir passé 20 minutes à prendre la photo plutôt qu’à aider l’enfant. Trois mois après la prise de cette photo, il se suicida.

Nouvelles et contes: Le Petit Prince et le promoteur immobilier

group-0-_mg11007__mg11079-54-images-2-2.jpg

Lorsque le Petit Prince retourna sur son astéroïde B 612, après avoir visité d’autres planètes et leurs occupants étranges, un roi, un vaniteux, un buisnessman un géographe et même un allumeur de réverbères, il fut bien surpris et encore plus dépité. Son tendre et si cher repaire était complètement dévasté.

– Il ne faut pas rester là, lui dit un chef de chantier, casqué et ganté. C’est interdit. C’est dangereux.

– Mais, c’est chez moi, protesta doucement le Petit Prince, révolté.

– Vous avez un titre de propriété?

– C’est chez moi, vous dis-je. J’ai toujours habité ici.

– Désolé. Nous l’avons légalement acheté. C’était une planète abandonnée. Nous allons construire une résidence-hôtel, un parking et un supermarché pour touristes de l’espace. Les grues sont en place. Veuillez dégager pour ne pas gêner les manoeuvres.

En effet, les grues et les camions s’activaient, bouleversant tout, rasant les volcans, bitumant sa pauvre étoile. Le rosier allait être déraciné, avalé dans la mâchoire d’une pelleteuse. Le Petit Prince vit rouge, ce qui ne lui arrivait que fort rarement. Il s’interposa entre la machine et la fleur. Personne n’osa faire du mal à ce petit être si lumineux.

La nuit, il versa un mélange de sable et d’on ne sait trop quoi dans les réservoirs des machines qui feraient désormais plus de bruit. Il versa de l’essence un peu partout. Un rayon de lune fit le reste. En instant, tout s’embrasa et les ouvriers, sans demander leur reste, désertèrent la planète à tout jamais. Le Petit Prince se reconstruisit un petit chez soi avec un petit panneau « Home sweet home » à l’entrée de sa maison de poupée. Il veilla sur son rosier survivant. Il ne voulut pas que cet épisode fut rapporté de ses aventures. Pour vivre heureux, restons cachés, confia-il à sa rose. Sur ce, le coeur gros, il s’envola vers la Terre, profitant du passage d’un nouveau vol d’oies sauvages.

group-0-_mg_4739__mg_4767-28-images-3-3r.jpg————————————————————————–

Ce texte est écrit en pensant à l’astronaute Thomas Pesquier qui a lancé un concours d’écriture sur le thème « Imaginez une nouvelle aventure du Petit Prince sur une autre planète » ou quelque chose comme ça. Elle est réservée aux moins de 25 ans, ce qui ne me permet pas d’y participer.

L’autre déclic, ce sont les deux photos de Jean-Noel Kegel. photographe professionnel, prises sur son blog

MOMENTD1POSE

avec son aimable autorisation, section mini-planètes

 

 

 

Poésie: Dans l’étang de Léon

marcaerophoto-lac-leon-6276

Dans l’étang de Léon

Dans l’étang de Léon, on y fait des ronds
des petits, des grands, des ronds un peu patraques,

des ronds qui ont pris un coup dans l’aile
des zéros pointés, des roues de bicyclettes,
des ronds de chapeaux carrés.

Dans cet étang maudit marécage,
se sont engloutis les rêves que j’avais
fabriqués pour ton sommeil,

trop belle Ophélie, naufragée,
cadavre bercé d’illusions paumées
qui vogue entre deux eaux languides.

Tant pis! Inutile de pleurer
ça tournera bien plus rond un autre jour:
il n’y a pas que
des numéros gagnants dans cette loterie

bringuebalante: la roue continuera de tourner
et moi de nager  chantant,
rêvant,  profitant juste de cet étang enchanteur.
Si je vois Merlin, j’en fais un crapaud,
si je croise Léon, le camé,
si je croire Léon…
je le transforme en étang!


L’illustration est signée de notre photographe aérien préféré: Marc Bourbon. Je vous invite à cliquer sur le lien pour voir l’univers si magique de Marc et de savoir où se trouve vraiment cet étang de Léon, qui existe bel et bien. 

Pendant que j’y suis, Marc, que je prenne le temps de te dire publiquement plutôt qu’en privé toute mon admiration pour ton travail. Le pire est que, ayant la prétention de bien connaître la France pour l’avoir tant vadrouillée, tu me fais découvrir des coins dont je n’ai même jamais entendu parlé… Bravo et toute mon amitié!  C’est un plaisir d’être porté par tes images pour écrire… Merci encore.

marc aerophoto | ma vision aérienne – my aerial photography vision

https://marcbourbonaerophoto.wordpress.com/

Image

Image du jour: « Et comme ça, tu crois que tu vas t’en sortir avec un gros plan ? »

unnamed-13

Images du jour: « Il sort où le petit oiseau? »

unnamed-2

unnamed-7

unnamed-9

 

Nuage de Tags