S'il te plaît, apprivoise-moi…

Les larmes de l’ange déchu

DSCF2002.jpg

Il choisit de se couper les ailes,
de quitter les cieux éternels,
les nuages sans partage
d’un Paradis élégiaque et tellement fade.

L’ange s’est précipité sue terre,
à corps perdu,
sans se retourner ni rien expliquer
juste pour
retrouver l’humaine condition,
la tentation et le pêché.

Mais celle qu’il l’aimait
n’était plus.
Elle s’était tue.
Il pleura sur sa tombe comme un damné.
Ses larmes firent fleurir un tas de petites fleurs jaunes,
celles qu’elle préférait.
Miracle de l’Amour, les boutons d’or à leur tour
se firent troubadours et chantèrent celle
qu’il ne reverrait plus.

**********

Illustration: sculpture de Marie Poscia

Commentaires sur: "Poème: Les larmes de l’ange déchu" (3)

  1. Oh combien de tristesse! Des vers très profonds . On y voit les larmes. Courage à vous Maître !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :