S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘poèsie’

Printemps des poètes: Poésie et tatouages #4

A Mari, ma pétillante économiste roumaine

(blog: la valise du calibre)

Ces haïkus parfaits,
parfaitement approximatifs,
parfaitement imparfaits

 

 

Aigle aigre

De son nid,
L’aigle noir a
une vue imprenable;
or, myope,
et sujet au vertige,
il ne rêve plus
que de devenir moineau
ou serpent à plumes…
Noir, c’est noir
ö rage, ô désespoir!


Black Panter

On a beau être noire
et rêver en couleurs
La panthère voit rouge,
celui du sang de ses proies craquantes
sous ses crocs affamés.

Elle aurait bien voulu
être végétarienne,
de radis roses ou noirs se contenter
mais ses petits ogres
ne l’entendirent pas de cette oreille:
Ils dévorèrent leur propre mère
et l’amère panthère se sacrifia,
contrainte et forcée:
Noir destin, désir assassin.

Poésie et tatouages n°3

th00EMN8OK.jpg

Rusé comme un renard, dit-on.

Cela souffre exception.

Celui-là était bête

à manger du foin:

Il en mourut d’indigestion.

th53WLFCJ6.jpg

Un zèbre disparut

sur un passage clouté.

Il réapparut sur le Golgotha.

On l’y crucifia

à tort et à travers.

O qu’il est grand le mystère

du zébra!

thZD1MP1I8.jpg

Un hérisson gras avala

une couleuvre molle.

Que croyez-vous qu’il arrivât?

Rien. Le hérisson engraissa

et cela fit les pieds à la

couleuvre inconsistante:

et ouais!

 

 

 

Poésie: Le Bal des papillons blancs par Belloue des Sources

unnamed-17.jpg

Le bal des papillons blancs

On les aurait dits
tombés du Paradis
Beaux à croquer
Beaux à faire craquer
Le ciel d’été

Toujours est-il
Qu’on les a vus
tourner, virevolter
comme deux jeunes premiers
La nature, il faut le dire
les avait gâtés d’une élégance, d’un raffiné
et d’un talent à faire jaser
toutes les sales langues du quartier

Au bal des débutants
dansaient au grand jour
dansaient comme des grands
deux papillons blancs

On peut dire
Qu’ils eurent cette chance
d’être nés en même temps
faits pour la danse, faits pour s’aimer
nos deux papillons blancs
Et sous les pommiers
ils s’aimèrent, s’aimèrent autant
et peut-être plus
qu’Eve et Adam
Ils s’aimèrent à en oublier
de boire et de manger
Et sous les pommiers
ils dansèrent longtemps, longtemps
comme des perdus
éperdument

Est-il ailleurs que sur la terre
cette danse primesautière
ce tango des condamnés
ce pas de valse éphémère
qui vit et meurt
dans la même journée

Toujours est-il
qu’ils sont nés,
qu’ils ont vécu
autant qu’ils ont pu

Ils ont dansé à se saouler
comme des damnés
Ils ont joué leur rôle,
de jeunes premiers
épaule contre épaule
sans se soucier

On les aurait dits
tombés du Paradis
beaux comme des enfants
à jouer leur vie
sans perdre de temps
et à danser leur bel amour
d’un jour

Au bal des débutants
On les aurait dits
si grands, si grands
nos deux papillons blancs

Belloue des Sources

Illustration de l’auteur

Poésie anonyme du XVIIIème (Dédicacée à Michèle)

 

1310211-Antoine_Watteau_la_Gamme_damour.jpg

Il est alors son Valentin

La bergère est sa Valentine

Leur ardeur n’est point clandestine,

A la fête, au bal, au festin,

Il l’escorte soir et matin.

Il est prévenant, galantin,

Mais loyal comme un palatin,

Et quoique l’amour le lutine

Jamais son transport libertin

Ne fait rougir la Valentine.

Le jour de la fête, il trottine,

Paré d’un habit de ratine,

Ayant au bras sa Valentine,

Qui porte, à défaut de satin,

Un article de Saint-Quentin ;

Et suit, comme un guide certain,

Sans que sa pudeur se mutine

Le fiancé qu’on lui destine.

Il la mène voir Fagotin

Et la régale à la cantine

De vin blanc et de biscotin

Sans craindre la flamme intestine

Qui consume le Valentin.

Seule avec lui, la Valentine

S’en va, sur le coteau lointain

Cueillir le muguet et le thym

Baignés de rosée argentine.

Mais à quoi bon des mots en tin ,

Épuiser notre cassetin ?

Les amours du beau Valentin

Suivent l’ordinaire routine

Un prêtre hérétique ou latin

Unit le sort du Valentin

A celui de la Valentine.

PARODIE DE LA FABLE « LE CORBEAU ET LE RENARD » : LE DODO ET L’ESCARGOT

PARODIE DE LA FABLE « LE CORBEAU ET LE RENARD » : LE DODO ET L’ESCARGOT

Le dodo et l’escargot

77661235_o.jpg

Maître dodo sur une branche allongé,

Tenait en son bec une madeleine.

Maître escargot par les miettes attiré

Rampe à grand pas lui chiper.

Hé! bonjour, bel oiseau!

Que vous êtes joli! Que vous semblez beau!

Sans baver, si votre ramage

Se rapporte à votre fuselage,

Vous êtes « le maître gâteaux » de toutes les boulangeries.

images-16.jpeg

A ces mots le dodo ne se sent pas de joie;

Et pour montrer sa voix cassée,

Il ouvre son bec déformé, laisse tomber son goûter.

L’escargot bondit, et dit : « Mon bon monsieur,

Sachez que tout charmeur

Casse la graine aux dépens de celui qui l’écoute,

Cette leçon vaut bien une madeleine, sans doute ».

Le dodo, honteux et confus,

Jura , mais bien trop tard qu’on ne le roulerait plus.

images-17.jpeg

dodo420-002.jpg

Charlotte .    

(CM1-CM2 M.Goudemand)

Poèmes et tatouages (2)

 

Unknown-11.jpeg

L’araignée acrobate

tisse son étoile

en fils d’Ariane

( En collaboration avec Anne)

images-14.jpeg

Une grenouille fait l’andouille

sur son nénuphar:

trop tard pour la météo:

il fait déjà nuit noire.

13126703_121229568289423_2080154496_n.jpg

Le ragondin

devient rat radin

excepté en période

de soldes.

Unknown-9.jpeg

Un pingouin peint

sans les mains. Ouais,

il ne faut pas être manchot!

 

 

Poésie et tatouages (1)

 

°tatouage-hirondelle-203.jpg

Une hirondelle qui lit fait le Printemps des Poètes

cc-gb-guoguo1.jpg

Dans la paix des champs

Le cri déchirant du colza

Le criquet en causa

( Avec la collaboration d’Anne)

7198a9fa031e1982ef27188ab78d130d.jpg

Le dodo insomniaque 

disparut, faute de

somnifères.

Nuage de Tags