S'il te plaît, apprivoise-moi…

Arbrealettres



La cavalière

Qu’elle est belle, oh, mon Dieu,
celle qui brûle mes entrailles !

Elle selle sa poitrine
avec la demi-lune
et bride l’aurore
avec des courroies d’or
et des sangles de lapis-lazulis.

(Muhammad al-Amir ibn Shâraz)

Illustration: John Collier

Voir l’article original

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :