S'il te plaît, apprivoise-moi…

Le Dodo des Carnets paresseux frappe les esprits une seconde fois en quelques jours avec le monde onirique dont il ne peut être qu’un spécialiste. On ne prête qu’aux riches et à ceux pour qui la fortune vient en dormant… Extralucide même dans les bras musclés de Morphée, ne voilà-t-il pas qu’il lit même dans les pensées les plus secrètes du Renard, dans ses rêves les plus fous… Prenez une tasse de café: ça va fumer!

Carnets Paresseux

Un ciel de neige.
Un arbre gris.
Un maigre corbeau noir, perché.

Voir l’article original 317 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :